Spectacle Art-en-Ciel : Babar & Ferdinand

Site du spectacle  / Dossier pédagogique / Extrait du spectacle

Spectacle de magie et musique. Spectacle (avec stage de préparation optionnel et à convenir)

Public cible : élèves des années 1 à 4.

Babar et Ferdinand Pierric, champion du monde de magie 2015, raconte en magie Babar le petit Éléphant et Ferdinand le petit Taureaux, deux célèbres contes qui ont accompagné plusieurs générations d’enfants. Le premier a connu un succès mondial, traduit dans 27 langues, le deuxième a inspiré Walt Disney dans le dessin animé Ferdinand le Taureau. Deux contes que les compositeurs Poulenc et Ridout ont mis en musique, choisissant ou le piano ou le violon pour chanter et raconter les aventures de nos deux héros. En passant du statut de l’enfant à celui d’adulte et du statut d’animal à celui d’homme, Babar et Ferdinand marquent des rites de passage classiques qui permettent à l’enfant de s’identifier. Deux histoires d’animaux qui se confrontent au monde des hommes et essaient d’y trouver leur place… ou pas !

Site web: http://www.art-en-ciel.ch/site/fr/art-en-ciel/concerts-spectacles/Babar-Ferdinand

Dates disponibles : 4, 5, 7 et 8 décembre 2017

Heures: matin ou après-midi

Durée*: 1H30

Description du genre de lieu(x) requis par l’activité:*Le spectacle est itinérant et s’adapte aux aulas ou salles de gymnastique des établissements (peut varier entre 100 et 300 élèves par représentation)

Contact : Isabelle Meyer, violoniste et directrice artistique

Tél : 079 345 95 03 – Courriel : isabelle.meyer@art-en-ciel.ch

Pierric – Magicien : Né en 1981, Pierric débute le théâtre dès 1986. Il a put toucher à différents genres, de la comédie de boulevard au théâtre expérimental en passant par les grands classiques, tout au long d’une cinquantaine de pièces en tant que comédien (La Cerisaie, Arsenic et Vieilles Dentelles, Noce de Sang, King Lear, Oblomov, L’Ecole des femmes, L’Histoire du Soldat…) et metteur en scène (L’Importance d’être Constant, Château en Suède…) et auteur (…ou ce que vous voudrez! d’après La Nuit des Rois ou ce que vous voudrez de Shakespeare, Quatuor no1, La vie et les opinions de Tristram Shandy, Gentleman, d’après Laurence Sterne…). De juin à septembre 2006, il tient le rôle de Iago dans Othello (en anglais), à l’affiche au théâtre Benno Besson à Yverdon puis à Londres à la Royal Academy of Dramatic Art. Dès 1994, il s’intéresse parallèlement à la magie et remporte plusieurs prix lors de concours internationaux, notamment le 1er prix de magie rapprochée aux Championnats Nationaux Français à la Baule ainsi qu’à l’International Brotherhood of Magicians de Bruxelles en 1997. En 2006, il reçoit le prix d’invention aux championnats du monde de magie à Stockholm et en 2012, le 3ème prix de magie de salon aux championnats du monde de magie à Blackpool ainsi que le 1er prix à L’international close-up competition Ron MacMillan de Londres. Dès 1999, il participe régulièrement à des émissions sur la Télévision Suisse Romande, la Radio Suisse Romande, ou Lausanne fm (100%2000, Superstar d’un Soir, La TV fait son Show à…, La Soupe est pleine, les Coups de Cœur d’Alain Morisod, Lapp, Simon & Cie…). De 2006 à 2007 il anime les matinales de Lausanne fm aux côtés d’Olivier Delaloye et Dyane Dufault. En 2007, il crée au théâtre de Vevey et au théâtre de Beausobre “Homme encadré sur fond blanc”, comédie burlesque muette pour un comédien qu’il tourne en ce moment dans toute l’Europe (France, Pays-Bas, Suisse, Italie et Belgique). Dès 2008, il se met à la réalisation avec Parfois la Ville, Intérieur, lumières du soir et D’automne, courts-métrages inspirés par le cinéma burlesque et la nouvelle vague dans la ligne de son spectacle Homme encadré sur fond blanc, avec entre autres Jérôme Giller et Gaëtan Bloom. En 2012, il réalise Hemingway’s Homage to Switzerland (d’après la nouvelle de Hemingway) avec Vance Clemente, Pauline Klaus, Patrick Lapp, Claude Blanc et Marc Donnet-Monay.

François Killian – Piano : Né à Paris, François montre dès son plus jeune âge des dons musicaux et pianistiques qui le mènent à 13 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean et Geneviève Doyen. Deux ans plus tard, en 1977, l’entendant lors d’une diffusion du Concerto de Scriabine avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, Georges Cziffra le remarque et l’encourage dans sa vocation. Durant les sept années passées au CNSM auprès de Ventsislav Yankoff il obtient les premiers prix de piano et de musique de chambre puis une formation au troisième cycle de perfectionnement qui lui permet en 1981 de préparer et de gagner le Concours International de piano ARD de Munich. À l’issue de deux années d’études passées à la Musikhochschle de Hanovre auprès de Karl-Heinz Kämmerling il obtient le Konzertexamen. Débute alors une carrière jamais interrompue en Allemagne, où il enregistre pour de nombreuses radios. Il est invité à jouer sous la direction de Théodore Guschlbauer, Emmanuel Krivine, Hubert Soudant, Jesus Lopez-Cobos, Grzegosz Nowak, Radoslav Szulc. Invité de la Salle Gaveau, du Théâtre des Champs-Elysées, de la Philharmonie et du Festspielhaus de Berlin, du Festival de la Roque d’Anthéron, de France Musique, de Wigmore Hall, il est remarqué dans des programmes de Bach à Szymanowski…

Isabelle Meyer – Violon : Isabelle Meyer commence le violon dès l’âge de six ans. Elle est plusieurs fois lauréate des Jeunesses musicales suisses avant d’intégrer l’International Menuhin Music Academy, où elle se perfectionne sous la conduite d’Alberto Lysy. C’est également l’époque de ses premiers concerts, lorsqu’elle se produit en soliste avec la Camerata Lysy, ainsi qu’au cours d’une tournée européenne avec Yehudi Menuhin. En Suisse, elle suit également les cours d’Andrée Loew et de Jean Piguet, avant de partir à dix-sept ans pour la Juilliard School de New York. Elle y passe cinq ans durant lesquels elle suit les cours de Dorothy Delay, tout en se produisant au Lincoln Center ou au Festival d’Aspen. Isabelle Meyer revient en Europe pour se perfectionner auprès d’un maître de l’école russe, Boris Kushnir, qui enseigne à Vienne, et suit enfin l’enseignement de maîtres tels que Zakhar Bron, György Sebök et Gabor Takács. Elle reçoit, en reconnaissance de ses talents, une bourse de la fondation Leenaards en 1997. Après ses études, Isabelle Meyer entreprend une carrière de concertiste qui la voit parcourir le monde entier. Elle s’est ainsi produite en soliste avec de nombreux orchestres, comme l’Orchestre de chambre de Detmold, l’Orchestre symphonique de Timisoara, l’Orchestre symphonique de Radio Moscou, l’Orchestre symphonique de Brno, le Sinfonietta de Lausanne, ou le Caecilia’s Ensemble. Elle donne également des récitals en solo, notamment lors d’une tournée au Japon qui lui donne l’occasion de se produire au Kioi Hall de Tokyo, au Osaka Symphony Hall ou au Minato Mirai Hall de Yokohama. Elle enregistre, chez Gallo, l’intégrale des œuvres pour violon et piano de Ravel avec le pianiste Cédric Pescia, en 2003.Propriétaire d’un magnifique instrument – un Testore de 1694 – elle s’épanouit pendant plusieurs années au sein du duo qu’elle forme depuis 2004 avec le violoniste français Michael Zuber. Ensemble, ils organisent la série Art-en-ciel de 2005 à 2010, destinée à bâtir des ponts entre les différents types d’expression artistique. Ils se partagent en outre les pupitres de violons du Quatuor Rilke, accompagnés d’Emanuel Bütler à l’alto et de Francesco Bartoletti au violoncelle. Depuis quelque temps, Isabelle Meyer travaille sa voix en parallèle, ainsi que le violon jazz auprès de Didier Lockwood. Elle continue le travail d’Art-en-ciel avec Ayako Tanaka. Elle est en 2013 à l’affiche d’un concert-conférence intitulé Le violon de Cupidon où elle donne la réplique au philosophe Luc Ferry.

Nicolas Mayoraz – LUMIERES – Né en 1961 à Sion. Après une formation d’animateur socio-culturel  et de praticien formateur à l’IES de Genève, il devient animateur au centre de loisirs de Sion durant 9 ans. Depuis 1997, il est éclairagiste pour le théâtre, la musique et la danse. Il a collaboré notamment avec Armand Deladoë, Bergamote, Pierre-Louis Péclat, Sophie Gardaz, Domenico Carli, Geneviève Guhl, Mario Buccarelli, Jo Boegli, Thierry Romanens, Solam, Pierrick Thentorey. Depuis 1996, il est responsable technique de la place St-Maur durant le festival de la Cité.

Tarif ou cachet indicatifs: Par élève – Prix: 12.-/ par élève (en général mais à convenir selon les possibilités de l’établissement et dégressif selon le nombre d’élèves)