Ecole de Coffrane
Nous vous souhaitons une cordiale bienvenue !

Vivre avec une différence

Une élève de notre classe souffre d’une maladie articulaire qui l’entrave dans sa vie quotidienne et l’empêche de vivre sa vie d’enfant comme les autres. Quand ces derniers courent, sautent, grimpent ou font des claquettes, elle les regarde. Elle aimerait les imiter mais elle ne peut pas. Les jours où la douleur est trop vive, marcher devient presque un exploit.

La vie de la classe tient compte de cette situation, s’adapte en conséquence. Mais au fil du temps, des tensions naissent.
« A cause de toi, on ne peut pas faire ça !  » ou « Ils m’écartent parce que je ne peux pas tout faire comme eux! »

Douleurs et frustrations entraînent des répliques peu aimables et tout s’enchaîne…

Pour tenter de mieux comprendre ce que vit cette camarade et désamorcer des situations de crise, Anita, une enseignante spécialisée itinérante est venue dans la classe à deux reprises.

Lors de sa première intervention, Anita a tout d’abord accueilli les enfants à l’extérieur du collège. Elle leur a présenté du matériel qu’ils allaient devoir utiliser pour effectuer un parcours dans la cour. L’objectif était d’entraver leurs mouvements, de rendre les déplacements plus difficiles que d’habitude.

5864

« Anita m’a mis un bandeau sur les yeux pour faire le parcours : monter la cabane, passer dans la cabane, aller au pont branlant, passer la barrière, grimper sur le banc, toucher le poteau du panier de basket et revenir au point de départ. »

5872

« Je devais escalader la cabane avec un bras. C’était hyper dur, alors j’ai demandé à Anita si je pouvais faire autre chose. Elle m’a dit oui, j’étais soulagée !

5899

« Je devais garder une jambe raide et je n’arrivais pas à la bouger pour grimper à la cabane. Je me demande comment fait N. tous les jours… »

 

5883

 

5876

Nos dessins

 

La deuxième partie s’est faite en classe. Les enfants se sont assis en cercle. Anita a alors amené la discussion sur les ressentis (physiques) et les sentiments (colère, honte, peur, etc…) qui les accompagnent. Et pour terminer, elle a distribué à quelques élèves des cartes sur lesquelles étaient  inscrites des phrases qui font mal:

« Tu es trop nul », Tu es un bébé », « Je ne te veux pas dans mon équipe ».

Et là encore, ils ont parlé des sentiments que cela réveille en eux.

5903

5902

Après la visite, les élèves ont répondu à un questionnaire individuel

Dehors, Anita t’a fait jouer à quoi ?

  • Elle m’a attaché les mains derrière le dos. Comme ça, j’avais pas de mains.
  • Anita a pris une corde. Elle me l’a attachée au bras droit.
  • À attacher des parties du corps comme un bras, la jambe et cacher les yeux…
  • À une gym spéciale.
  • Elle m’a fait jouer à avoir un rond sous le bras et à avoir les jambes collées ensemble.
  • Anita m’a fait faire un parcours avec un bras attaché et les deux jambes attachées, etc…
  • Anita m’a fait jouer à avoir la jambe tendue ; à mettre mes deux bras derrière mon dos ; à avoir un anneau et avec cet anneau on fait les menottes.
  • Anita m’a fait jouer à me déplacer comme une personne handicapée sur un parcours.
  • Anita nous a fait jouer à se bander les yeux, à se bander les mains et les pieds et à marcher que sur un pied.
  • À te bloquer quelque chose.
  • Elle a fait un parcours qu’on devait faire avec un bras en moins, une jambe en moins…
  • Anita m’a fait jouer à tenir une jambe, un bras, les mains derrière le dos et on doit faire des parcours avec ces choses-là.
  • Anita nous a montré ce que N. vit tous les jours.
  • On devait suivre un parcours avec des objets qui nous entravaient.
  • Qu’est-ce que N. fait.
  • Elle nous a fait jouer à un parcours avec des difficultés.

Qu’est-ce qu’il y avait de bizarre ?

  • Les positions pour qu’on ait des difficultés.
  • Les exercices que nous a montrés Anita étaient différents que ceux d’habitude.
  • Les exercices étaient un peu bizarres.
  • On avait une partie bloquée sur le corps.
  • Anita nous a accroché le bras le long du corps, etc…
  • De faire comme si on avait des handicaps.
  • La gym était bizarre. On a fait un parcours avec un bras attaché.
  • J’avais pas l’habitude de faire ça.
  • Tout le monde avait un truc qui allait pas bien.
  • Il y avait de bizarre qu’on marche pas comme ça nous !
  • De plus pouvoir bouger une articulation.
  • Avec plusieurs objets on ne pouvait pas monter à la cabane ni sauter.
  • On n’avait jamais essayé ça.
  • Qu’on ne puisse pas utiliser tous les membres.
  • Rien de spécial.
  • Comment on marche.
  • Les bras attachés, les yeux fermés.
  • On n’avait pas l’habitude d’être comme ça.
  • Les yeux fermés.

As-tu eu du plaisir à jouer ? Explique pourquoi.

  • Oui, j’ai eu du plaisir parce qu’il y avait de l’émotion mais si on avait ça tous les jours, ça serait pas drôle.
  • Oui, parce que je ne le fais pas tous les jours.
  • Oui, parce qu’elle nous faisait des jeux.
  • Oui, parce que c’était amusant de faire ça avec toute la classe.
  • Oui, parce que j’ai bien aimé.
  • Oui, parce que c’était drôle et bizarre.
  • Oui, j’ai eu du plaisir à jouer parce que j’ai appris à quel point c’est dur pour elle.
  • Oui, j’ai eu du plaisir à jouer mais avoir ça tous les jours, ça doit pas être rigolo.
  • Oui, parce que ça nous a montré comment les handicapés doivent faire.
  • Oui, parce que ça nous a appris à pas se moquer des gens.
  • Oui, j’ai eu du plaisir parce qu’on pouvait voir comment elle faisait.
  • Oui, parce que c’est rigolo et amusant.
  • Oui, on pouvait jouer d’une autre façon que d’habitude.
  • Non, parce que c’est ce que je vis tous les jours.
  • Parce que c’est une gym spéciale et on a jamais joué à ça.
  • Oui, parce que c’était une nouvelle expérience.
  • Oui, parce que c’est une gym spéciale.

Qu’as-tu ressenti en te déplaçant comme ça ?

  • Elle nous a fait ressentir les douleurs de N.
  • Que c’était difficile de faire des choses.
  • En laissant mon bras attaché, c’était comme s’il était pas là.
  • Ce serait très difficile de faire ça tous les jours.
  • Qu’on pouvait pas faire beaucoup de choses et que c’était dur de marcher.
  • Ça m’a pas fait du bien.
  • Que ça faisait mal.
  • J’ai ressenti qu’on faisait beaucoup d’efforts pour faire ce parcours.
  • Que N. n’avait vraiment pas de chance et qu’on devait pas être méchante avec elle.
  • Que N. a besoin qu’on soit avec elle et pas qu’on soit méchant.
  • Rien de spécial.
  • Ça faisait mal quand on marchait et quand on pliait la jambe et le bras.
  • Ça me faisait de la joie de jouer à ces jeux.
  • Que c’était difficile de se déplacer.
  • J’ai ressenti que j’étais handicapé.
  • À un moment ça faisait mal, très mal et que N. devait beaucoup souffrir.

Aimerais-tu toujours devoir te déplacer comme ça ? Explique pourquoi.

  • Non, parce que c’est pas marrant.
  • Non, parce que c’est difficile de faire des choses.
  • Non, on pourrait tomber, se faire mal. Pour moi, ça ferait pas plaisir.
  • Non, parce que ce serait compliqué et je suis contente comme je suis.
  • Non, parce qu’on arrive pas à tout faire normalement.
  • Non, parce que tu as toujours mal et pire encore.
  • Non, parce que ça devrait faire mal.
  • Non, parce qu’on peut pas beaucoup jouer.
  • Non, quand même pas toujours mais quelques fois oui.
  • Non, je ne pourrais pas jouer comme ça.
  • Non.
  • Parce qu’on peut pas faire de sport.
  • Non, parce que c’est difficile de faire ça tous les jours.
  • Non, au bout d’un moment, ça doit être énervant.
  • Non, parce que c’est difficile de se déplacer comme ça.
  • Pas du tout, ce n’est vraiment pas rigolo et tous les jours, tu dois avoir vachement mal.

Qu’as-tu pensé quand ça s’est terminé ?

  • J’aimerais bien continuer mais ce serait pas rigolo et pour N. non plus.
  • J’ai pensé à N. parce que c’est dur.
  • Ça doit être très difficile de faire ça tous les jours.
  • C’était drôle de faire une expérience comme ça mais je voudrais pas le faire tous les jours.
  • J’ai pensé que ça me faisait du bien.
  • Que c’était dur.
  • Rien de spécial.
  • Qu’il faut jouer avec N. simplement et pas méchamment.
  • Que N. devait vraiment avoir mal.
  • J’ai pensé que c’était vraiment pas facile d’être un peu handicapée.
  • Que ça faisait très mal.
  • Que c’était pas correct de penser que les gens handicapés faisaient exprès.
  • Que c’était dur d’être handicapé.
  • Moi, je voulais rester dehors.
  • J’aurais bien aimé continuer.

À quoi cela a-t-il servi de faire ces jeux ?

  • À ne pas se moquer des gens.
  • À ressentir ce que N. a.
  • Que les personnes qui ont des problèmes, c’est difficile pour eux.
  • Qu’on se rende compte comment sont les handicapés.
  • Pour voir comment la vie de N. était dure.
  • De voir comment N. vit.
  • À apprendre ce que N. ressent chaque jour.
  • Pour qu’on joue avec N.
  • À mieux respecter ceux qui ont des difficultés.
  • Pour voir comment N. se déplace.
  • De voir si ça serait cool de le faire tous les jours.
  • Que N. a pas de chance.
  • Ça m’a appris ce que N. vivait tous les jours.
  • Pour nous faire comprendre que la vie de N. n’est pas rigolote.
  • Pour imiter N.

Qu’as-tu appris lors de la discussion en classe ?

  • Que N. ne peut pas plier la jambe longtemps.
  • Et bien que lors des activités avec l’école, il y a des gens qui ne peuvent pas sauter par exemple.
  • Que N. ne peut pas tout faire.
  • Comment faire quand on est fâché et où aller par exemple.
  • J’ai appris que N. n’avait pas d’amortisseurs.
  • Que N. est en difficulté.
  • Que N. ne pouvait pas plier ses genoux, et quand elle était un peu méchante avec nous, c’était souvent parce qu’elle avait mal.
  • Que N. n’avait pas de chance d’avoir tout le temps ça.
  • Que N. ne peut pas sauter, courir…
  • De ne pas embêter, dire des méchancetés.
  • Qu’on ne doit pas dire des gros mots contre N.
  • Que les personnes qui ont un problème ne méritent pas d’être moquées.
  • Que N. a ne peut pas bien bouger.
  • Nous, elle nous faisait nous mettre accroupis, mais pas N.

Qu’est-ce que cela a changé pour toi ?

  • Rien.
  • Qu’il ne faut pas se moquer.
  • Que j’aimerais pas avoir un problème.
  • Je vais être plus gentille avec N.
  • Que maintenant, je serai plus souvent avec N.
  • Je vais être plus sympa avec elle.
  • Il y avait des choses que je ne savais pas.
  • Ce que N. ressent quand elle a mal.

Lors de sa deuxième intervention, Anita était accompagnée d’une  stagiaire, Nicoletta. La classe a été divisée en 5 groupes.

Chaque groupe a reçu un texte avec une petite histoire que les élèves ont dû  interpréter puis restituer à leur convenance sur un panneau. Ils pouvaient dessiner, coller, écrire, … Il était interdit de recopier le texte mais obligatoire de garder le titre ! Ces histoires étaient tirées du livre « Tel que tu es, tu es super !  Un livre pour les enfants qui se sentent différents ».

Les enfants ont eu beaucoup de plaisir à échanger entre eux pour confectionner ces panneaux. L’activité n’a pas pu être terminée…

Voilà ce qui a été « croqué » !

A venir…

Spectacle de la fête de jeunesse

Des fourmis sous les pieds

Extraordinaire ! Magnifique ! Original ! Tels sont quelques-uns des qualificatifs que prononçait un public conquis à l’issue du spectacle de claquettes qui a eu lieu vendredi et samedi derniers. Pendant plus d’une heure trente, la halle de gymnastique du collège de Coffrane, transformée pour l’occasion en salle de spectacle, a résonné du cliquetis des petites chaussures équipées des plaques métalliques caractéristiques.

Dans une première partie, les animateurs ont entraîné les enfants avec eux dans des rondes et des chorégraphies, tantôt lentes, tantôt rapides, mettant en évidence les différents sons qu’on peut obtenir soit en frappant des mains, soit en plaquant les chaussures sur le sol. Les 55 élèves ont offert à leurs parents et à la population une prestation haute en couleur qui alliait avec entrain et concentration le rythme et l’expression corporelle.

En deuxième partie, quatre danseuses et danseurs professionnels de la troupe Funny Feet a ébloui le public par ses exécutions empreintes d’émotion et d’humour. Riches d’une technique sans failles, ils ont su faire vibrer une salle séduite par leurs numéros de danse et de jonglage. Nul besoin de paroles pour comprendre le message délivré tant le langage corporel et les mimiques étaient explicites et permettaient à chacun de se reconnaître dans les situations de la vie courante évoquées par certaines pièces. « Nous allons apprendre les claquettes pour gérer nos discussions conflictuelles de couple sans utiliser de gros mots » a déclaré en riant un papa à la fin du spectacle.

Les élèves ont appris à pratiquer cet art au cours de leur camp vert qui avait eu lieu la semaine précédente au Mont-de-Buttes. Ils ont bénéficié pour cela de l’accompagnement des artistes qui ont animé un atelier en petits groupes pendant une dizaine d’heures. Ils ont encore bénéficié de la présence des danseurs pour la mise en place des chorégraphies au collège de Coffrane la semaine suivante. Une affaire rondement menée !

Basée à Bienne, la troupe Funny Feet, emmenée par Lukas Weiss, est formée de danseuses et de danseurs domiciliés dans différentes villes de Suisse. En fonction de leurs disponibilités, ils se retrouvent pour monter des spectacles qui sont ensuite présentés à la demande ou sous forme de tournées. Leur chaleur humaine, leur accessibilité et leur gentillesse envers les petits comme envers les grands ont été les ingrédients de la réussite de l’entreprise menée avec les élèves et les enseignants de Coffrane.

Ce spectacle a été organisé par le corps enseignant dans le cadre d’un projet pédagogique d’établissement et par les membres de l’association des parents d’élèves Le P’tit Plus. Il a répondu avec succès à toutes les attentes et laissera à coup sûr pendant longtemps un souvenir radieux dans les esprits et dans les cœurs de tous les acteurs.

 

Torrée

Jeudi 18 septembre 2014

Tor1On a bien marché. Après, on s’est installé et nous sommes allés griller notre viande et on a mangé. Puis nous sommes allés chercher du bois et on a construit une cabane. Après, on est monté dans l’arbre avec Maël. Nous sommes redescendus à Coffrane en marchant. On était un peu les derniers avec Cécile, Emma, Mélie et moi. J’ai adoré ! Léonie

J’ai porté un gros bout de bois avec des sacs dessus. Je suis monté dans un arbre très haut. J’ai joué avec un copain. J’ai bien aimé la torrée. Mathéo.

Au début, il pleuvait et après le soleil est venu. J’ai pas aimé la marche, c’était trop long. J’ai pas aimé le pique-nique parce qu’il y avait du caca de vache. J’ai aimé les cervelas, les jeux et l’endroit. J’ai joué à cache-cache et au loup. Zeqir

J’ai bien aimé la cabane qu’on a construite et quand j’ai grimpé super haut dans le sapin. C’était très rigolo ! J’ai même bien aimé la marche même si à l’aller, c’était de la montée. Le matin quand on est parti du collège, il pleuvait. Mais quand on est revenu, il faisait grand beau. Cécile

Tor2

Il a fait très beau. J’ai fait de la balançoire sur les branches des arbres. C’était très cool. Noah

Au départ de la torrée, nous sommes partis du collège avec les élèves de Magali. Nous sommes montés jusqu’à la forêt et ça montait de plus en plus haut. Il pleuvait. On a commencé à ramasser du bois pour le feu. Quand on est arrivé, on s’est installé avec Emilie et Agnesa. A midi, on est allé griller nos cervelas et on a mangé. Après, je suis allée grimper aux arbres et après on est rentré. Luz

Tor3

On a bien marché avec les copains et les copines et on rigolait. On a bien mangé et joué. Je me suis installé sous un arbre avec des copains et des copines. On a fait un spectacle et on a mangé des cervelas et des marshmallows, miam-miam ! Après on est redescendu à Coffrane. Stella

J’aimais marcher. Je me suis mise à une place et on a joué pour attendre le pique-nique. Après, on a mangé des chips et des cervelas, des carottes et deux pommes, des sandwiches et des marshmallows. On a grimpé dans les arbres et on a fait de la gym comme aux agrès. On a joué à cache-cache et au loup. Je me suis éclatée et j’ai bien rigolé. Jade

J’ai aimé quand on a joué dans l’arbre avec Stella. J’ai aimé quand on a grillé les marshmallows avec Stella. Kelly

On a marché et on a pris des bouts de bois. Les miens étaient un peu lourds. On est arrivé puis on a grillé des saucisses. Mon frère a perdu sa saucisse mais il l’a retrouvée. J’étais assise vers un arbre avec Luz et Agnesa. On a joué. Au début, Luz voulait faire une cabane. On ne l’a pas faite, mais on a grimpé aux arbres et on est redescendu à Coffrane. Emilie

Tor4

J’ai grimpé très haut dans un arbre avec Léonie. J’ai aimé griller des cervelas sur le feu. Quand nous descendions, les petits de Magali nous ont porté nos sacs. Maël

A la marche, je suis tombé dans les orties. Au repas, on s’est partagé la nourriture avec mes camarades. Avec Mathéo, on montait dans les arbres. L’endroit était très joli et il faisait très beau. Avec mes camarades, on a amené du bois à la cabane. Cela s’est très bien passé. Xavier

J’ai trouvé que c’était assez drôle parce qu’au début de la marche, j’étais tout devant et après, j’étais tout derrière ! Grégoire

Tor5

On a beaucoup marché et quand on est arrivé, on a joué à cache-cache. On a grimpé aux arbres, on a pique-niqué, on a grillé les cervelas et des bonbons. On a encore joué après les grillades et il faisait chaud. Aylin

A midi, on a chauffé des saucisses et après, on a joué sur deux branches d’un sapin. C’était un peu comme sur une balançoire. Après, on est resté un petit moment et on est parti. Je me suis bien amusé pendant la journée. Dounia

On a beaucoup marché. On a fait des pauses. On est arrivé à la torrée et on s’est installé. On a joué avec mes copains et ensuite on a grillé des cervelas. A la fin, des garçons ont fait pipi sur les braises pour éteindre le feu, c’est une tradition ! On est parti et il faisait beau. J’ai trouvé cette journée très bien. Agnesa
J’étais en voiture et j’ai pas aimé parce que j’étais pas avec les autres. J’ai diné dans une cabane qu’on a construite avec Emma, Cécile et Léonie. J’ai fait un spectacle avec Stella et Kelly. On était sous un sapin, à cheval sur des longues branches. On se balançait et on se laissait tomber par terre. J’étais contente qu’il fasse beau et je me suis bien amusée. Noëlia

Tor6

On a beaucoup marché et on a trouvé des noisettes. On a pris des bouts de bois pour marcher pendant le trajet. Quarante-cinq minutes plus tard, on est arrivé et on a allumé le feu pour manger nos cervelas. En attendant, on a joué à cache-cache. Trente-cinq minutes plus tard, on a mangé nos cervelas et après le dessert. Trop cool ! Ethan

A la torrée, on s’est balancé sur une branche de sapin. Pour le pique-nique, on a grillé des cervelas. A la marche, on a monté une grande montée. Almin

A l’heure du repas, j’ai mangé mes chips et j’ai bu mon thé froid. Après, on a grillé des cervelas. Et on a grimpé sur les arbres et j’ai bien aimé. Gabriel

Tor7

En savoir plus sur les origines de la torrée

Une torrée (du Latin « torrere », rôtir) est une tradition neuchâteloise qui consiste à préparer un grand feu dans un pâturage du haut du canton et à y faire cuire sous la cendre des saucissons et des pommes de terre. Elle se pratique traditionnellement en automne (après le retrait des troupeaux) mais on peut néanmoins en organiser toute l’année à condition de trouver un endroit propice.

Traditionnellement le saucisson était emballé dans plusieurs feuilles de chou puis dans du papier de journal humidifié. Le feu allumé tôt dans la matinée devait, vers 10 heures, n’être plus qu’un monceau de braises sous lesquelles on enfouissait les saucissons et les pommes de terre sans autre protection. On recouvrait alors les braises de branches vertes de sapin qui produisaient une colonne de fumée blanche et odorante. Il arrivait souvent que les pâturages soient parsemés de ces fumées. Le vin de Neuchâtel accompagne le délice traditionnel tout juste sorti des braises.

De nos jours, la torrée est souvent prétexte à une réunion festive entre amis. Elle peut être assimilée à un pique-nique puisque, même si le saucisson neuchâtelois est indispensable, on y trouve souvent de nombreux autres apports culinaires tels que les cervelas, de nombreuses salades et toutes sortes de desserts.

Source: Wikipedia

Jardin de circulation

Mardi 2 septembre, nous sommes allés avec le petit bus à la Chaux-de-Fonds au jardin de circulation.

Pour l’occasion, nous étions tous très sages et avons bien obéi au policier, comme le montre la photo ci-dessous…

Date de la photo inconnue. Source: police de la ville de Neuchâtel.

Date de la photo inconnue. Source: police de la ville de Neuchâtel.

Au terme de l’examen théorique et du parcours à vélo, nous avons tous obtenu la médaille !

Alors un grand bravo à Léonie, Stella, Jade, Emilie, Aylin, Zeqir, Ethan et Gabriel.

Triathlon scolaire

Mercredi 2 juillet, nous avons participé au premier triathlon scolaire du Val-de-Ruz à la piscine d’Engollon. Le mauvais temps ne nous a pas permis de nous baigner mais nous nous sommes quand même bien amusés!

Camp vert au Mont-de-Buttes – Mardi

Camp vert du 10 au 13 juin 2014 au Mont-de-Buttes

camp1 camp2

Le voyage

On a eu très chaud et on avait une belle vue ! Le voyage s’est bien passé. Nous étions dans deux bus. Un avait une remorque pour transporter les bagages. On a papoté et on a joué à « papier-caillou-ciseaux, un, deux, trois ». Personne n’a été malade.
Léonie, Emma

ma_4

L’arrivée à la colonie

La maison était vaste. On a pris les valises, on s’est installés dans les chambres et on a sorti nos habits. Il y avait des lits à étage et des lits normaux. On a mangé nos dix-heures et on s’est amusés dehors. Le paysage était magnifique et il faisait très beau et chaud.
Carla, Elias

ma_0

On a mangé. On a dîné et on a joué. On a fait un point de rendez-vous. On a fait ensuite des groupes. Le premier groupe est parti, il a marché et est descendu. On s’est tenu à une corde et on est arrivé à la grotte.
Dounia, Agnesa

ma_5  ma_1

On a vu des grottes qui ressemblaient à des cristaux. Et dans la grotte, il faisait froid. Il y avait de la boue parce que c’est humide, il faisait nuit et on éclairait avec des lampes frontales. La grotte était étroite et c’était beau. Il y avait des toiles d’araignées.
Maxime, Zequir, Erwann

ma_3 ma_2

Certains sont rentrés à pied et d’autres sont rentrés en bus. On a pris les quatre-heures au chalet : des pommes, du chocolat et du pain. Quand on est rentrés au chalet, on est allés jouer dehors.
Xavier, Ilena, Maël.

ma_6

Les dessins des élèves

Camp vert au Mont-de-Buttes – Mercredi

me_2

Dessins

On a dessiné la façade de la ferme visitée qui s’appelle « Vers Chez-Blaise » et des outils dont une faux, un balai, un râteau et une fourche. C’était sympa ! Il n’y avait que des champs. Il y avait des chèvres !
Mathéo, Arnaud


me_0 me_1

Les machines de la ferme

Il y avait des tracteurs, une machine pour planter des patates et on a pu monter dans un tracteur. C’est l’apprenti qui nous a tout expliqué. Ensuite, il nous a montré un champ avec des vaches qui broutaient. Une vache s’appelait Vanille.
Ethan, Cécile

me_3 me_4

La journée de travail du paysan

Le paysan coupe l’herbe. Le paysan plante des pommes de terre. Le paysan donne du foin aux veaux. Le paysan fait plein de travaux. Le paysan s’occupe des vaches. Il donne des graines aux chèvres. Il donne à manger aux canards. Il donne à manger aux poules.
Almin et Diego

me_5 me_6

Dégustation des produits laitiers

On a bu du lait de vache et on devait faire la différence entre le lait de la ferme et celui du magasin. On a mangé du yogourt, du pain maison, du fromage et du beurre. On n’a pas l’habitude de déguster des produits comme ça.
Emilie, Noëlia
me_7 me_9

Les petits animaux

On est allés dans une petite ferme, on a vu des lapins, des oies et le bébé était tout jaune. On a vu aussi des chèvres, des poules, des coqs et des canards. On a pu donner des graines aux chèvres.
Anaëlle, Kaya, Camille

me_10 me_11

Pique-nique du dîner

On a pique-niqué dans la forêt tout près de la ferme. On a mangé des carottes, des œufs, du jambon, du salami, des morceaux de tomate, du pain, de la moutarde. Nous avons bu de l’eau. On a joué à cache-cache et à autre chose.

me_12 me_13

De retour à la colonie, on a chanté et travaillé aux ateliers. Le soir à souper, on a fait une torrée et grillé des cervelas.
Jade, Soraya, Lorena

me_14 me_15

Les dessins des élèves

.

 

Camp vert au Mont-de-Buttes – Jeudi

Un garçon n’arrivait pas à se réveiller. Un autre s’est réveillé le premier et il a réveillé un copain. Au déjeuner, nous avons mangé des tartines et bu du lait avec du cacao ou du jus de fruits. On a rangé les habits et les lits.
Tiago, Grégoire, Léandre

je_0

Les plus grands ont marché jusqu’au bus. Ils sont sortis du bus et ils sont allés dans le train. Après ils sont arrivés à Saint-Sulpice. Les plus jeunes sont allés en voiture. Ils ont bien aimé. Ils sont descendus de la voiture et ils sont arrivés à Saint-Sulpice.

On a vu une turbine au début du musée. Et après, on a vu deux films. On est allés à une autre usine. Et il y avait des chauves-souris mais on ne les a pas vues.
Mathis, Aylin

On pique-niquait au bord de l’Areuse près de la source et on jouait dans la forêt. On était tout sales parce qu’on a joué dans la terre. A 14 heures 18, on est repartis.

je_1

Nous sommes allés dans un kiosque et nous nous sommes acheté des choses. Aux quatre heures, nous avons mangé des glaces, des fruits et un gâteau aux pommes au chalet. Nous avons fait des groupes pour faire des activités. Par exemple : bricolage, rédaction et tout ce que l’on peut faire à partir du lait.
Nina et Alysandre

On a mangé dehors de la raclette et après on a fait la boum. Il y avait de la musique et on a dansé.

je_2

Les dessins des élèves

.

 


©2014 Tous droits réservés | Cercle scolaire de Val-de-Ruz