Junior Tshaka

 Son dernier album

 Site officiel de Junior Tshaka

Paroles de quelques chansons + extraits :

La jungle

Mais c’est la jungle, du chacun pour soi,
chacun suit son chemin, chacun calcule ses pas,
Mais c’est la jungle, oh Man j’y crois pas,
Chacun pille son voisin, pis chacun sourit d’vant toi!

Je t’ai tendu la main, tu m’as pris tout le bras!
Je t’ai offert du pain, tu m’as volé tout l’repas!
J’aurais tout fait pour toi, quand on aime on ne compte pas!
Mais là  je suis fracas et j’ai décidé d’bouger d’là!
Ouais c’était une love story, pas une histoire de lady,
Un conflit d’ami-ennemi, now c’est fini et j’te l’dit!
Tu m’as menti, trahi, t’as même sali ma famille,
J’te file un coup d’parapluie pour ton coup du paradis!

Un pied dans les bas-fonds et un pied dans Zion,
J’ai arpenté dans tous les sens les chemins de Babylone,
C’était la faune et entendu les pleurs qui résonnent,
Mais j’dois t’avouer qu’j’ai rencontré plus de cafards que d’Lions!
J’ai croisé des tas d’hyènes avides de chair et de pognon,
Dont la gloire et la luxure étaient les seules ambitions,
J’ai rencontré des loups qui étaient déguisés en moutons,
Dont le seul but était d’semer le trouble dans la population!

C’est le même jungle-style, dans la society,
La même course à la maille, ou tous les coups sont permis,
Ca tire, ça fusille, a•e a•e a•e, allumez l’instinct d’survie,
Empaqueter les victuailles, ou est la porte de sortie ?
C’est le même jungle-style, dans la society,
La même course à la maille, ou tous les coups sont permis,
Ca tire, ça fusille, a•e a•e a•e, allumez l’instinct d’survie,
Empaqueter les victuailles, ou est la porte de sortie ?

Si j’avais un conseil à donner, ça serait choisi bien tes amis,
A plusieurs on est plus fort à condition d’savoir qui est qui,
Une brebis galeuse suffit à plomber un troupeau réuni,
Regarde autour de toi la situation corroborent avec ce que je dis,
Qui peut affirmer qu’il n’a jamais connu de fuckeries,
Qu’il soit riche qu’il soit pauvre, qu’il soit gros ou petit,
Qui peut me dire qu’il n’a jamais été obligé d’faire le tri,
La jungle serait un paradis s’il n’y avait pas de faux amis!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Image de prévisualisation YouTube

Love, love, love

Ils aimeraient bien qu’on se taise
Mais on est encore l�
La course aux vices dans leurs thèses
Mais on est toujours l�
Nos joies accentuent leur malaise
Mais on est encore l�
Nos coeurs sont chauds comme la braise
Parce qu’on est toujours là!

refrain : (2x)

Love, love, love, seul et unique solution
Seul arme capable d’apaiser les tensions
Car c’est la guerre, qu’on le veuille ou non
C’est l’heure du son de cloche de la rédemption

Ils nous anesthésient, pour mieux nous diriger
Manipulent nos esprits, par nos postes de télés
Quand ça s’intensifie qu’le vase va déborder
On matraque et fusille ceux qui s’mettent à crier
C’est money, money, money pour faire tourner le système
Ils vendent notre paradis, transforme l’Amour en haine
C’est money, money, money leur seul Dieu et ils l’aiment
Pour lui tout est permis alors ils y vont sans gène

refrain

Jusqu’où peut-on aller ? Jusqu’où peut-on monter?
Va-t-on rentrer de nuit, les yeux bandés ?
L’équilibre à trouver, la paix à créer
Me semblent si éloignés d’nos dossiers d’actualités!
Tout se joue en coulisses, on ignore la voix des sages
Génération d’nouvelles milices et du sang plein le paysage
Combien de vitesses dans nos justices, qui créent tels décalages
Les gros patrons sont complices, le monopoly sème la rage

refrain

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Trop d’enfants qui pleurent…

Y’a trop d’enfants qui pleurent,
Trop de mamans qui crient,
trop de souffrances et d’horreurs,
Qui font offense à la vie.

refrain (2x)

Faudrait des soleils dans les coeurs,
D’tous les enfants, d’tous les pays,
Pis qu’les ordures qui les effleurent,
Piquent et plantent des fleurs à Pompeï
Faudrait voir fleurir le bonheur,
De Bogotta jusqu’au Mali,
Faire sécher les larmes, cesser les pleures
Qui sans cesse, laissent sécher le fruit.

Faire parler les menteurs,
Faire taire les endormeurs,
Pas d’somnanbules rêveurs,
Et ces peuples sous les leurres.

refrain

Faudrait voir tomber les voleurs,
Qui sans conscience, sans arrêt, pillent,
Jouent avec la science, flirtent avec la peur,
Et puis tout ça sans un répit.
Faire sortir les secrets,
Qui depuis bien trop longtemps nient,
L’Histoire, pas celle qu’on a créée,
Celle qui gît au fonds des puits des non-dits.

Croire en une justice sur cette terre…
Croire en une justice sur cette terre…

(2x) refrain

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La jungle

Il est temps

Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Qu’on se découvre et qu’on puisse,
Enfin marcher ensemble.
Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Que tous nos ptits frangins puissent,
Enfin danser ensemble.

Que ceux qui nous divisent
A jamais ne se taisent
Qu’on puisse changer de prise
Ecouter d’autres thèses
Il est temps de se connaître
Il est temps de vivre ensemble
Jeter nos haines par les fenêtres
Avant que tout devienne cendre
Finie la phase d’essai
L’humain a fait le cobaye
Si on n’se dit pas « Good Day »
Va falloir se dire « Goodbye! »
Maintenant que tout est lié
Et qu’on a bâti les rails!
C’est le moment d’ajouter
Du coeur dans la bataille

Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Qu’on se découvre et qu’on puisse enfin marcher ensemble.
Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Que tous nos ptits frangin puissent enfin danser ensemble.

Place aux enfants de la Terre
Place aux enfants de la Vie
On peut pas laisser l’enfer
Etouffer son paradis
Certain qu’y a tout à faire
Alors que tout semble dit
Si le changement est dans l’air
Il nous sauvera la vie
Il est temps d’innover
Et l’être humain sait le faire
Enlèves-lui ses libertés
Et il se met en colère
Regarder le passé
Les erreurs à ne plus faire
Demander pardon, pardonner
Accepter qu’on est tous Frères

Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Qu’on se découvre et qu’on puisse,
Enfin marcher ensemble.
Il est temps qu’on s’unisse,
Il est temps qu’on se rassemble,
Que tous nos ptits frangin puissent,
Enfin danser ensemble.

Enfants de la Terre,
Il est temps de réaliser,
Que la nature nous a confié à tous de quoi vivre en Paix,
Si certains ont décidé,
Que le monde serait divisé,
Il n’est jamais trop tard, non,
Pour y remédier,
Briser les chaînes et les frontières,
Viser le respect,
Porter la voix de ceux soumis,
A rester muets,
Face à tant d’injustices,
De dilemmes concrets,
Il est temps de s’unir,
Et d’avancer,
Il est temps de s’unir,
Et d’avancer.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

la lune

Ils vont sur la lune mais ils tuent nos enfants
Brûlent et condamnent des peuples entiers, des nations
Détruisent leur nature pour leur consommation
Pas d’alternative dans la course au pognon!

Pas d’remise en question, sont en pôle position
Pas d’arrêt au stand, mme quand y’a crevaison
Les peuples se lèvent, crient à la trahison
Alors on redouble les forces en action!

On lâche des bombes on dit qu’c’est pour leur futur
On remplace la dictature par une autre dictature
On attaque, on s’emballe, sans loi, poids ni mesure
On doit garder l’marché coûte que coûte faut qu’ça dure!

Pas de priorité pour la Vie, pour la Santé.
On développe le nucléaire, le protège par l’armée.
Et si l’ciel doit tomber, que l’alarme a sonné.
On envoie des avions et leurs parachutes dorés.

Ils vont sur la lune mais ils tuent nos enfants
Brûlent et condamnent des peuples entiers, des nations
Détruisent leur nature pour leur consommation
Pas d’alternative dans la course au pognon!

(2x)

La tête dans les étoiles, le caillou dans la chaussure
Quand les faces se voilent, dure future face au mur
On corrompt, manipule, s’il le faut le cyanure
Pas question d’avouer qu’on poignarde Dame-Nature

Elle nous a donné l’décor, si complexe, équilibré
Un écosystème en or, pour que le cycle puisse durer
Fruits, plantes et trésors, tout nous a été livré
Mais l’humain compte ses morts, comme s’il n’pouvait s’en passer!

On cherche ailleurs pour ne pas chercher en soit
On ignore l’intérieur qui crie qu’l’Amour est Roi
On oublie cris et pleures qui viennent de juste l�
Pour foncer vers ailleurs et qui vivra verra…

Et qui vivra verra…
Et qui vivra…
Et qui vivra verra…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Laissez-nous respirer

Depuis tout petit placé dans la course au pactole
Bien avant de bifurquer, de cramer des bagnoles
Déconnecté d’la réalité, compétition et monopole
D’injustices qu’il faut cacher, le patron ne s’rait qu’un mariole?

Alors on se laisse aller, en délirant nous faut qu’on rigole,
Partie de fesses et fonc-dé, tout est plus léger loin du sol,
Le futur dont on a rêvé on ne le voit que sous alcool,
Voila la réalité d’une partie d’la jeunesse qui s’envole,

Par de belles promesses entourés largués au fil des protocoles,
On nous demande de nous impliquer mais n’osons tenir nos boussoles,
Faut pas nous laisser exploser l’aérosol n’aère qu’le sol,
Et si mes rimes sont osées, j’te dis qu’le si n’est pas loin du sol,

L’inspiration n’peut pas être pesée, mais on doit casser la pesole,
Parait que même chez les curés y’en a qui perdent leur auréoles,
Faudrait laisser chacun s’exprimer, sortir les bocaux le formol,
Faire évoluer les idées, laisser chanter les rossignols!

Laissez-nous respirer,
Laissez-nous rêver,
Laissez-nous respirer,
Oh oh oh…

Ok, Yes Man, loin des clichés faut pas nier les symboles,
Privé de liberté, tout être vivant exprime son ras-le-bol,
Les vices, les atrocités, du crime de guerre au plus simple vol,
N’entrent pas dans la société ou les banquiers s’raient bénévoles,

Nos libertés nous ont emprisonné, regarde les flammes des puits d’pétrole,
On se retrouve à ramer, faire avancer la carriole,
La même qui par son marché, incline le jeu du carambole,¨
Personne n’a à y gagner, y’aura d’la perte de self-controle,

Mais laissez-nous respirer,
Laissez-nous rêver,
Laissez-nous respirer,!
Oh oh oh…

Viens on ouvre les vannes, brise les chaînes et ouvre les cages,
Y’a plus de couleurs, plus de classes et plus d’ages
On ouvre les coeurs, le courant passe, bon voltage!
Tous ensemble et unis, plus questions de carnage…

(2x)

…mais viens on ouvre les vannes!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *