Articles associés au tag ‘enseignants’

«L’enseignant doit être exemplaire sur Facebook»

Le bon usage des réseaux sociaux peine à trouver sa place à l’école. Le Service écoles-médias (SEM) du Département de l’instruction publique a bien publié treize conseils destinés aux enseignants, mais l’utilisation des ces canaux reste peu maîtrisée. Prenons l’exemple de Sarah*, une enseignante de 26 ans. Elle n’a suivi aucune formation sur les réseaux sociaux, mais elle est catégorique: «C’est ma vie privée. Ça me dérangerait énormément que des élèves ou leurs parents puissent voir mes photos de soirées ou de vacances.» Et pourtant, en quelques clics sur son profil Facebook, n’importe quel utilisateur a accès à des clichés de ses vacances en bikini. Certains de ses élèves, âgés de 9 à 10 ans, ont déjà un profil sur Facebook. Elle l’avoue, elle n’a jamais fait attention aux paramètres de confidentialité. «Je n’ai pas pensé aux problèmes que cela pouvait poser dans mon métier, en fait. Je ne pense pas être la seule enseignante dans ce cas…»

Vie privée ou vie publique?

Comme l’indique Paul Oberson, directeur adjoint du SEM, les limites entre vie privée et vie publique sont floues sur Internet: «Un enseignant a évidemment les mêmes droits que tout le monde. Mais s’il publie quelque chose de compromettant et que les élèves peuvent y avoir accès, cela pourrait avoir un impact sur la relation pédagogique. Il y a une évolution de l’intimité avec les réseaux sociaux. Les attitudes qui relevaient à l’époque clairement du domaine privé peuvent aujourd’hui devenir publiques. L’enseignant doit donc être exemplaire sur Facebook.»

Comme Sarah, de nombreux professeurs ont un profil Facebook, conversent sur la messagerie Whats­App ou partagent des photos sur Instagram. Mais leur utilisation pose certaines questions. Un professeur peut-il accepter la demande d’ami d’un élève? Peut-il parler avec lui?

Pour y répondre, le SEM a ainsi publié treize conseils destinés aux enseignants. Les maîtres mots: comportement en ligne exemplaire, «amitiés sélectives» et sensibilisation. Paul Oberson explique cette initiative: «Dans nos formations, on sensibilise les enseignants au caractère indélébile de ce qui est mis en ligne. Mais on ne veut pas peindre le diable sur la muraille: on les incite aussi à utiliser les réseaux sociaux, qui peuvent avoir une plus-value pédagogique.»

Distance professionnelle

Chaque instituteur utilise les réseaux sociaux à sa manière. «Je n’accepte pas mes élèves sur Facebook, tant que je suis leur professeure, explique Salima Moyard, présidente du syndicat des enseignants du Cycle d’orientation. Par contre, il arrive que je les accepte quand ils quittent l’école.» Marzia Fiastri, enseignante au Collège André-Chavanne et membre de l’Union du corps enseignant secondaire genevois, parle exceptionnellement avec ses élèves sur Whats­App. «Je le fais si je suis leur maître de travail de maturité, par exemple. Des collègues ont accepté d’intégrer des groupes d’élèves sur WhatsApp, mais ils l’ont regretté, recevant des messages à 1 heure du matin, par exemple.»

Pour Sébastien, enseignant spécialisé, c’est avec les parents qu’il a parfois un contact rapproché: «Il m’arrive de leur parler sur Whats­App. Ça donne parfois des situations cocasses parce qu’on voit leurs photos et leurs statuts avec des petits smileys et des cœurs. On a l’impression d’entrer dans leur intimité, mais ça ne me dérange pas. Etant enseignant spécialisé, j’ai de toute façon un contact plus étroit.» Il n’a toutefois pas su quoi faire lorsqu’une maman d’élève l’a demandé en ami sur Facebook. «Est-ce que je refuse en expliquant que j’utilise mon compte à titre privé?» Dix jours plus tard, Sébastien n’a toujours pas répondu à sa demande.

Echanges et innovation

Si les réseaux sociaux peuvent être problématiques, ils sont aussi des lieux d’échanges utiles. Sur Facebook, un groupe rassemble par exemple plus d’un millier d’enseignants romands. On y échange des conseils, des idées de bricolage, des fiches scolaires. Plus de 300 documents ont été partagés sur ce groupe depuis le début de l’année.

Les nouvelles technologies donnent également lieu à des méthodes pédagogiques innovantes. Un professeur a par exemple demandé à ses élèves de créer la page Facebook de Charlemagne. D’autres utilisent Twitter pour des jeux de rôle ou des débats, afin d’exercer la capacité de synthèse. Des pratiques intéressantes, mais de loin pas généralisées. «On ne peut pas encore dire que les réseaux sociaux ont changé le métier d’enseignant, estime Paul Oberson. Par contre, Internet dans son ensemble, c’est certain.»

* Prénom d’emprunt (TDG)

(Source: Tribune de Genève)

Education: L’école selon Google

Google a lancé en version beta Google Classroom, une plateforme à destination des enseignants et des élèves. L’objectif est d’améliorer la communication des enseignants envers les élèves, rassembler toutes les informations concernant les apprenants, suivre leurs travaux dans toutes les matières et réduire au maximum l’utilisation du papier et des livres en utilisant des ebooks scolaires.

Au final, le projet est d’éviter de se disperser dans les paperasses pour maximiser le temps d’apprentissage.

Pour le moment, seuls quelques privilégiés ont accès à Google Classroom, l’entrée est sur invitation, comme à chaque fois que le géant du net lance un projet stratégique. Une fois testée, cette plateforme intégrera ensuite les applications Google dédiées à l’éducation.

Ce nouveau projet va rassembler tous les outils dont la firme dispose pour proposer aux professeurs et aux élèves l’école de demain, tout en préservant la vie privée précise Google sur son blog.
De plus, la firme de Mountain View annonce que ces outils seront gratuits et ajoute qu’une douzaine d’écoles américaines sont déjà partenaires pour tester ce concept. (Source: idboox.com)

Passe ton permis internet d’abord

L’émission Sonar (RTS) se penche sur le « permis internet » de l’Education nationale.

En France, le bon usage d’internet va être enseigné à l’école. Dès janvier, tous les élèves de 9 à 11 ans vont être sensibilisés à la manière dont on doit se conduire sur le web et les réseaux sociaux. A l’issue de plusieurs séances de 45 minutes dispensées par les enseignants, qui s’appuieront sur un kit, un test devra être passé et un permis internet pour récompenser ces « nouveaux internautes responsables » sera délivré. Cette vraie politique de sensibilisation au web en milieu scolaire tranche avec l’attitude nonchalante des autorités suisses en la matière. (Source: RTS)

Faire une recherche sur Internet, ça s’apprend! Méthodologie en 6 étapes et site dédié

Faire une recherche, ça s’apprend! Ce site rare est entièrement consacré à la recherche d’information sur Internet : un effort rare, une réalisation de Martine Mottet, enseignante chercheuse en Sciences de l’éducation à l’Université de Laval au Québec.

Ce professeur dédie un site entier à la formation à la recherche d’information en bibliothèque et sur le Web, avec la spécificité de s’adresser aux jeunes publics, aux enseignants, aux familles… et aussi aux animateurs multimédia. Cet espace en ligne s’inscrit dans le cadre de l’éducation au numérique et d’un apprentissage pensé en mode pédagogique. (Source: NetPublic)

CNIL

En France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) est l’institution qui veille au respect de la vie privée et des droits de chacun dans le « monde numérique » (informatique, Internet, vidéosurveillance…).

Son site propose un espace jeunes (les bonnes pratiques et les réflexes à adopter pour protéger sa vie privée sur Internet), un espace parents (des conseils pour accompagner ses enfants dans leurs usages des réseaux sociaux) et un espace enseignants (pour en parler ensemble, pour poursuivre le débat en classe…). (Source: jeunes.cnil.fr)

Jeunes et médias – programme national de promotion des compétences médiatiques

Ce site web fournit aux parents, aux enseignants et aux éducateurs, ainsi qu’aux professionnels et aux politiques, une vue d’ensemble des opportunités et des risques des médias numériques, ainsi que des informations actuelles sur la protection des jeunes face aux médias et sur le programme national « Jeunes et médias ». (Source: Jeunes et médias)

Ethique et impacts sociaux

La direction de l’instruction publique du canton de Berne propose des « conseils et des aides pour le corps enseignant et les parents. »

« Les élèves doivent apprendre à se servir de cette nouvelle technologie, à connaître ses évolutions, à exploiter ses possibilités et à contourner ses dangers. Ils doivent également porter un regard critique sur cette technologie. »