Articles associés au tag ‘Magali Philip’

Réseaux sociaux: du hoax à la chasse aux clowns…

Les réseaux sociaux bruissent des rumeurs les plus folles sur une invasion de clowns violents dans certaines villes françaises. Depuis une semaine, ce qui n’était qu’un « hoax » chez nos voisins est devenu réel avec les interpellations, par la police, de plusieurs individus grimés, qualifiés de menaçants. La Suisse n’échappe pas aux phénomène avec la création de plusieurs pages Facebook qui prétendent indiquer la localisation de ces clowns. Des pages et des groupes qui cartonnent auprès des ados, dont certains se déclarent prêts à aller taper du clown « pour de vrai ». (Source: Sonar-RTS)

Des jeunes Britanniques piégés par leurs traces numériques

De jeunes internautes britanniques ont été les victimes, la semaine dernière, d’une expérience visant à sensibiliser au nombre de données personnelles qui sont stockées en ligne. Évoquant des informations sur leurs vies, des inconnus sont venus les aborder dans des bars, en prétextant qu’ils les connaissaient. Les anecdotes avaient toutes été récupérées sur le web et les réseaux sociaux. Par Magali Philip. (Source: Sonar-RTS)

Ecouter l’émission.

Twitter dérape après la mort de l’ado

Le décès du jeune collégien en voyage d’études à Rome a suscité une vague de réactions sur les réseaux. Mais aux hommages sont venues s’ajouter insultes et moqueries.

«Un mort a droit à un repos paisible. Les blagues sur Twitter sont une atteinte à la personnalité!» Avocat spécialisé dans les nouvelles technologies, Sébastien Fanti est outré. Après l’émotion suscitée par le décès à Rome d’un adolescent, mardi, les hommages virtuels sur le hashtag #RIPjon ont fleuri. Mais ils ont ensuite été rejoints par les insultes et des blagues douteuses. Certains rebondissaient sur le fait que le jeune homme avait perdu la vie lors d’un jeu supposé. «La sanction, il l’a subie. Pas besoin d’en rajouter», peste l’avocat. Celui-ci rappelle que la famille peut porter plainte ou que les internautes sont libres de dénoncer ces comportements.

Journaliste pour l’émission de la RTS «Sonar», Magali Philip n’a pas vraiment été surprise par ces commentaires parfois de mauvais goût. «C’est le même cycle que lors du décès d’une star. L’humour suit les hommages après peu de temps», explique la spécialiste en réseaux sociaux.

Une star? Jon, qui faisait des vidéos humoristiques et dont les différents comptes sont suivis par des milliers de fans, l’était à son échelle. Hier, les réactions en ligne se comptaient par milliers.

«Les adolescents se sentent immortels. Les blagues sont pour eux une réaction face à l’horrible», tempère le Dr Nahum Frenck. Pour ce pédiatre spécialisé dans la famille, il faut éviter de s’irriter face à l’humour douteux. Une seule solution, selon lui: la compassion pour ces jeunes désorientés. (Source: 20 minutes)

Quand Facebook nous donne envie de lire de vrais livres

Des photos de livres se sont répandues ce week-end sur les murs romands de Facebook. Il s’agit de sélections, sous forme de Top 10, des ouvrages personnels des internautes. A l’origine de ce projet participatif, une jeune femme, Marie Musy, qui depuis plusieurs années se sert du réseau social pour y raconter, avec humour, sa vie de libraire passionnée et pour y partager ses coups de cœur littéraires. Son idée a essaimé. En 48 heures, ce sont déjà une petite trentaine d’amoureux des livres qui ont posté en ligne leurs « bouquins » préférés. (Source: RTS-Sonar)