Archive pour la catégorie ‘C’est pas l’prof qui l’dit !’

Accros au téléphone portable

mardi 1 mai 2012

Dépendance. Une étude réalisée sur plus d’un millier d’adeptes du portable se penche sur les risques d’addiction chez les adolescents.

Dur, dur de lâcher son téléphone portable. Selon une étude représentative – 1300 jeunes entre 12 et 19 ans ont été interrogés – de deux instituts universitaires zurichois, quelque 37 000 jeunes en Suisse sont accros à leur joujou sans fil.

5% des jeunes n’arrivent pas à se passer de leur mobile. Image: Keystone

98% possèdent un téléphone portable, dont une moitié de smartphones. Ainsi, un ado sur 20 ne sait pas gérer le temps qu’il passe à écran et développe des symptômes nets de dépendance. Certains vont même jusqu’à prendre l’appareil sous la douche!

Les accros ne dorment pas assez, leurs résultats scolaires s’en ressentent et les relations avec leurs parents sont souvent tendues.

Gregor Waller, auteur de l’étude et psychologue des médias, estime que «le portable prend le rôle d’une peluche». L’aspect multifonctionnel et l’accès à des vidéos attirent les jeunes. Et c’est la panique lorsque la batterie est à plat ou qu’on a oublié son appareil.

Reste l’usage à l’école: il devrait être plus strictement réglementé.

Le Matin, 29.04.2012

D’accord, pas d’accord avec la dernière phrase ? Réagissez !

Quand les sportifs trichent avec leur handicap

mardi 1 mai 2012

C’est sans doute l’une des tricheries les plus honteuses de l’histoire. A Sydney, en 2000, ont lieu les Jeux paralympiques.

Logo des Jeux paralypiques de Sydney en 2000

L’une des disciplines au programme est le basket pour handicapés mentaux. C’est l’Espagne qui remporte la médaille d’or.

Mais quelques mois plus tard, l’AFP révèle qu’un joueur de cette équipe ne souffre d’aucun handicap. Carlos Ribagorda, journaliste au magazine économique espagnol Capital et membre de la sélection paralympique espagnole de basket depuis 1999, avoue : “Certains pays comme l’Espagne, la Pologne ou le Brésil en basket, et d’autres pays dans d’autres disciplines, commettent des irrégularités en sélectionnant des athlètes sans aucun handicap”. Il affirme que “au moins 15 des 200 sportifs espagnols aux Jeux paralympiques n’avaient aucun handicap physique ou mental“. Rien que dans l’équipe de basket, 10 des 12 participants ibériques étaient tout à fait sains d’esprit (mais sans aucun scrupule en revanche…)

L'important est de participer! Pas pour tous, à voir...

L’équipe espagnole de basket déficiente intellectuelle a dû rendre sa médaille d’or. Mais ce scandale a eu des conséquences importantes sur le “sport adapté” : les handicapés mentaux sont désormais persona non grata aux Jeux paralympiques. Le Comité international paralympique considère qu’il est trop difficile de déterminer le niveau de handicap des athlètes déficients intellectuels.

www.linternaute.com

Muamba : un twitto raciste sanctionné

mercredi 28 mars 2012

FOOT – Un Gallois, qui avait ironisé sur le sort du joueur, a été condamné à une peine de prison.

On ne peut pas insulter impunément sur Twitter. Un jeune Gallois de 21 ans, Liam Stacey, l’a appris à ses dépens mardi. Cet étudiant avait publié un tweet sur le site de micro-blogging particulièrement offensant envers Fabice Muamba, victime d’un arrêt cardiaque le 17 mars dernier.

Au moment où le milieu de terrain anglais de Bolton d’origine congolaise était soigné sur la pelouse, Stacey avait écrit sur Twitter : “LOL. P… Muamba. Il est mort !!!” Le commentaire avait déclenché la colère de nombreux twittos, auxquels l’étudiant avait répondu par des insultes racistes. Les plaintes des internautes avaient conduit à son arrestation. Mardi, Stacey a été condamné à 56 jours de prison.

L’excuse de l’alcool

“Je n’avais pas d’autre choix que d’imposer votre mise en détention afin de refléter l’indignation suscitée par ce que vous avez fait”, a déclaré le juge du tribunal de Swansea, John Charles. Lors de son audition, Stacey a expliqué qu’il avait beaucoup bu ce soir-là pour célébrer le Grand Chelem du pays de Galles dans le Tournoi des Six nations.

L’université de Swansea, dans laquelle Stacey est inscrit, a d’ores et déjà annoncé l’ouverture d’une enquête disciplinaire à son encontre. Lundi, les médecins du London Chest Hospital ont estimé que Muamba avait fait des “progrès encourageants”.

Par Europe1.fr avec AFP, 27 mars 2012

C’est prouvé, Facebook rend malheureux !

lundi 23 janvier 2012

Tous vos amis sont plus beaux, plus riches et passent de plus belles vacances que vous. La preuve? Vous l’avez en photo chaque jour sur Facebook, où lesdits amis dévoilent des images soigneusement choisies sur lesquelles ils posent tout sourire.

A force, vous vous résignez: c’est clair, le reste du monde est plus heureux que vous. Un phénomène prouvé par des chercheurs d’une université américaine, qui ont basé leurs recherches sur 425 étudiants passant en moyenne cinq heures par semaine sur Facebook, rapporte le site du Daily Mail.

A en croire les photos qu'ils publient, vos amis sont forcément plus chanceux que vous... Image: Keystone

«La vie est injuste»
En leur posant des questions sur leur perception de la vie et de leurs amis, les chercheurs ont découvert que plus les jeunes passent d’heures sur Facebook, plus ils pensent que les autres sont plus heureux qu’eux, et affirment que «la vie est injuste».

Encore pire, ces résultats s’accentuent dès que les utilisateurs comptent beaucoup «d’amis» qu’ils ne connaissent pas dans la vraie vie. Même la vie d’inconnus qui défile sur nos écrans semble pousser à la déprime.

A l’inverse, plus les gens socialisent avec des amis en chair et en os, moins ils ont l’impression d’être désavantagés, poursuit l’étude.

Une image faussée du bonheur des autres
Des résultats qui n’ont rien de surprenants pour les chercheurs. Ce sentiment d’insatisfaction est lié à un processus psychologique au cours duquel nous tirons de fausses conclusions sur les gens, en nous basant sur quelques faits seulement.

Ainsi, «visionner des images d’autres personnes heureuses sur Facebook nous donne l’impression que les autres sont en permanence heureux», précise Hui-Tzu Grace Chou, l’une des chercheuses responsables de cette étude.

Un sentiment amplifié lorsque nous ne connaissons pas ces amis Facebook dans la vraie vie, et ne pouvons donc pas voir les problèmes qu’ils rencontrent en réalité. Multiplié par des centaines d’amis Facebook dont nous ne voyons que les vies virtuelles, cette fausse impression suffit à rendre jaloux et déprimé, estime l’étude.

Conclusion: si vous avez besoin d’un petit coup de pouce par ces tristes mois d’hiver, supprimer votre compte Facebook pourrait être une solution rapide et efficace pour se remonter le moral.

Publié sur le site www.24 heures.ch

Apprentis sur le fil du rasoir

lundi 23 janvier 2012
En Suisse, les trois quarts des emplois sur le marché du travail passent par un apprentissage. Et chaque année, des dizaines de milliers de jeunes cherchent une place. Une quête ingrate et difficile : un jeune sur six n’en trouve pas et se retrouve sans qualification à l’âge adulte. L’enjeu est capital, car les non qualifiés risquent la précarité sociale et professionnelle. Reportage aux côtés d’apprentis, aspirants ou confirmés, et de leurs patrons.

Ils s’appellent Badr, Daniel, Dafina, Guillaume, Resid, Baptiste, Andreia et Diogo. Des jeunes qui non seulement vivent le passage de l’enfance à la vie adulte, mais se confrontent pour la première fois avec le monde du travail. Un monde qui ne fait pas beaucoup de cadeaux, surtout pour celles et ceux qui se présentent avec un mauvais bulletin scolaire. Or, l’enjeu est capital : sans qualification, pas d’intégration durable dans la vie professionnelle. Une bombe sociale à retardement si rien n’est entrepris pour aider les plus fragiles.

Temps Présent a suivi ces jeunes candidats à l’intégration professionnelle, souvent touchants. Pour certains, trouver une place d’apprentissage a représenté une planche de salut, et un ouf de soulagement pour leurs parents qui craignaient de les voir basculer dans la précarité et la déprime. D’autres se battent encore pour décrocher une bonne formation auprès d’un patron responsable et attentionné, car c’est devenu difficile dans certains métiers. Ces patrons justement qui, pour la plupart, s’engagent avec générosité, et endossent un rôle capital pour le tissu social helvétique. Même si déjà, à peine sortis du cocon familial, ces futurs apprentis se frottent brutalement aux réalités du monde du travail qui pardonne peu les erreurs et les errements.

Cliquer pour voir le reportage

Emission TEMPS PRESENT, TSR1 du jeudi 18 janvier 2012

En 2008, M. Robert, patron de l’entreprise ADR Toitures que l’on voit dans le reportage était venu parler de la vie aux élèves d’alors. Retrouvez ses propos. Ils sont toujours d’actualité…

Monsieur Robert, patron d’entreprise.

Exemple pour la rédaction d’une lettre de motivation. Cliquer dans l’image pour télécharger le fichier (format Word).

Exemple de lettre de motivation

Accidents chez les piétons : Gare aux écouteurs !

mardi 17 janvier 2012

Le nombre d’accidents graves chez les piétons qui se déplacent avec des écouteurs ou des casques sur les oreilles a triplé en six ans, selon une étude américaine.

Les victimes sont majoritairement des adolescents et des jeunes adultes

Les victimes sont majoritairement des adolescents et des jeunes adultes

Écouter de la musique lorsque l’on marche dans la rue est plus dangereux qu’on ne le croit. Une étude publiée dans la revue américaine Injury Prevention révèle que le nombre d’accidents graves chez des piétons qui se déplacent avec des écouteurs ou des casques aux oreilles (iPod, MP3…) a triplé en six ans.

La plupart des incidents se sont produits en zone urbaine. Dans seulement un cas sur dix environ, ils ont eu lieu en zone rurale, selon l’étude menée entre janvier 2004 et juin 2011. Les victimes avaient en moyenne 21 ans. Parmi elles, un peu plus de la moitié (55%) ont été heurtées par des trains. Les deux-tiers (68%) sont de sexe masculin et autant avaient moins de 30 ans (67%) lors de l’accident.

Durant cette période, un total de 116 cas ont été relevés dont 16 survenus en 2004-2005. En 2010-11, ces chiffres ont grimpé à 47. 81 de ces 116 collisions (70%) ont été mortelles. Et dans trois quarts des cas, des témoins ont rapporté que la victime portait des écouteurs au moment de l’accident. Dans 29% des cas, il a été fait spécifiquement mention de klaxons ou de sirènes d’alarme avant que le piéton ne soit heurté.

L’attention visuelle considérablement réduite

Les auteurs de l’étude estiment que la distraction du piéton absorbé par la musique et le fait que celle-ci l’empêche d’entendre des sons extérieurs sont probablement à l’origine des accidents. Mais, écouter de la musique réduirait également les ressources cérébrales dévolues aux stimuli extérieurs, réduisant leur attention visuelle au point en quelque sorte de les rendre aveugles à ce qui se passe autour d’eux, poursuit l’équipe du Dr Richard Lichenstein de l’université de Baltimore, dans le Maryland, à titre d’hypothèse. « Les risques posés par l’usage de ces appareils chez les conducteurs est bien documenté, écrivent-ils. Mais on en sait peu sur l’association entre le port d’écouteurs et les accidents de piétons ». Les téléphones portables et les kits main libre n’ont pas été pris en compte dans cette étude.

Selon des données américaines de la National Highway Traffic Safety Administration, 4.000 à 5.000 morts de piétons résultent chaque année d’une collision avec un véhicule, représentant 10 à 12% du total des morts de la route aux Etats-Unis. Et, les trains causent environ cinquante décès de piétons par an.

France Soir, 17 janvier 2012

Plus de 1000 amis sur Facebook

mercredi 14 décembre 2011

Elle ne comptait pas pour ses amis

Une Britannique a annoncé vouloir se suicider sur le réseau social. Aucun de ses mille amis n’est venu à son aide. Elle a été retrouvée morte.

«J’ai pris toutes les pilules. Je serai bientôt morte, adieu tout le monde». Cette phrase écrite sur Facebook le jour de Noël par Simone Beck, 42 ans, aurait fait paniquer tout ami qui se respecte. Et pourtant.

Aucun des 1’082 amis que compte la Britannique n’a essayé de la contacter pour la dissuader d’aller au bout de son intention. Pire, certains «copains» ont posté des messages cruels et des ricaneries en réponse à son statut. L’un d’entre eux l’a même traitée de menteuse, a expliqué au «Daily Mail» Jennifer Landgridge, la maman de Simone.

Dix-sept heures plus tard, quand la police a fait irruption dans la maison de Simone à Brighton, en Grande-Bretagne, la femme était morte. Il n’est par contre pas certain qu’elle ait vu les commentaires de ses «amis» avant de se suicider. «Ils ont tous continué à chatter comme si de rien n’était. Et dire que certains d’entre eux habitaient à quelques encablures (ancienne mesure marine d’environ 185 mètres) de chez elle», a raconté Samantha Owen, une amie de la famille.

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un annonce sur Facebook son intention de se suicider. L’année dernière, la Rutgers University aux Etats-Unis avait été choquée par la mort de l’étudiant Tyler Clementi. Il avait mis à jour son profil en faisant savoir qu’il se serait jeté du pont George Washington à New York. Et peu après, son corps était repêché sans vie dans le fleuve Hudson.

Article paru le 06 janvier 2011 dans le gratuit 20 Minutes


Apprentis et langues étrangères

mardi 13 décembre 2011

Les apprentis devront maîtriser plusieurs langues étrangères

Les jeunes qui font un apprentissage devraient être mieux formés dans les langues étrangères, estime le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

Le ministre de l’économie s’exprimait dans le cadre de la 7e Conférence sur les places d’apprentissage, vendredi à Soleure.

Outre une deuxième langue nationale, les apprentis devraient également maîtriser l’anglais, a déclaré Johann Schneider-Ammann devant les médias. De meilleures connaissances linguistiques visent à renforcer les possibilités de mobilité professionnelle.

Une deuxième langue étrangère devrait être enseignée dans le plus de filières possibles d’ici 2016. Les programmes d’échanges professionnels dans d’autres parties de la Suisse ou à l’étranger seront encouragés. Dans un monde du travail globalisé, la mobilité est un facteur clé pour la compétitivité des entreprises suisses.

La conférence de vendredi a abouti à des déclarations d’intention. Des concepts de réalisation seront présentés lors de la prochaine conférence sur les places d’apprentissages en 2012.

Les syndicats comme les patrons se sont réjouis de ces perspectives. La mobilité rendra les apprentissages plus attrayants, a estimé Thomas Daum, président de l’Union patronale suisse.

Paul Rechsteiner, président de l’Union syndicale, a quant à lui dit soutenir pleinement les buts fixés.

Record de place d’apprentissage

Par ailleurs, le nombre de postes d’apprentis a atteint un sommet depuis onze ans cette année.

Les entreprises ont offert 87’000 places à fin août, soit près de 3000 de plus qu’en 2010. Calculé sur l’ensemble de l’année, cela représente 93’500 postes.

Tous n’ont toutefois pas trouvé preneur. Environ 6500 sont encore à repourvoir, indique le baromètre des places d’apprentissage publié vendredi par l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT).

Les SMS vous brisent la nuque

mercredi 23 novembre 2011

A force d’avoir la tête penchée en avant pour consulter son smartphone, de nombreuses personnes développeraient des douleurs cervicales chroniques. Il n’y a pas d’âge pour être touché par le Text Neck. La solution: faire des pauses régulièrement.

Il n’y a pas d’âge pour être touché par le Text Neck. La solution: faire des pauses régulièrement. © Keystone

Maux de tête, lombalgies, douleurs articulaires aux épaules ou à la main, cervicales qui tiraillent: voici les symptômes du Text Neck, le nouveau mal lié à la technologie. Le buzz qui fait peur aux accros du smartphone. «Le concept est apparu très récemment. On en a beaucoup parlé aux Etats-Unis et en Angleterre depuis quelques semaines», estime Dominique Monnin, responsable qualité et recherche en physiothérapie auxHôpitaux universitaires de Genève. Il ne fallait donc pas très longtemps pour que ce nouveau bobo techno débarque aussi sous nos latitudes.

Changer de posture

Mais de quoi s’agit-il au fait? De douleurs chroniques dues à l’utilisation prolongée de tablettes et téléphone portable. A force de consulter ses e-mails, de lire ou de jouer, penché en avant, le cou soutient seul le poids de la tête. Et non la colonne vertébrale dans son entier. Le premier à avoir «découvert» le Text Neck est un Américain, le Dr Dean Fishman. A force de voir des patients venir le consulter pour ces symptômes, le chiropraticien a décidé d’ouvrir un institut qui traite uniquement cette pathologie. En guise de soins, des manipulations du dos et des exercices. «Mais ce qui marche le mieux, c’est d’apprendre aux patients à adopter une posture correcte avec leurs oreilles au-dessus des épaules et à tenir leurs appareils bien en face de leur visage», explique Fishman depuis son institut en Floride, où défilent des patients de tous âges. «La plus jeune a 3 ans. Elle a commencé à se plaindre de maux de tête peu de temps après avoir reçu un iPod Touch.»

«Il existe effectivement des problèmes, mais il ne faut pas peindre le diable sur la muraille et déduire que chacune de nos activités a une influence néfaste sur notre santé», tempère Monnin. Surtout qu’aucune étude scientifique vient étayer le lien de cause à effet direct entre les joujoux technologiques et les douleurs cervicales chroniques. La solution: faire des pauses et bouger régulièrement. «Notre corps est fait pour être en mouvement, pas pour rester statique», explique le physio genevois.

15. novembre 2011, Sandra Imsand | www.lematin.ch

Les utilisateurs de téléphones portables
sont nombreux
à souffrir de douleurs à la nuque.

C’est une des conséquences de l’utilisation intensive du téléphone portable et autres tablettes numériques. Après la tendinite du pouce, un nouveau mal touche les utilisateurs de téléphone portable : le “text-neck”, qui provoquerait des douleurs à la nuque.

Un phénomène dont s’est récemment inquiété dans The Telegraph, Rachael Lancaster, un chiropracteur britannique. Car d’après un sondage, 44% des Britanniques utiliseraient leur téléphone portable pour d’autres usages que la parole, pendant une demi-heure à deux heures par jour. Et les Français n’échappent pas à ce phénomène qui touche beaucoup les jeunes, grands consommateurs de SMS.

“Au moins 500 textos par jour”

Pour les lycéens, c’est presque un sport puisqu’ils passent plusieurs heures par jour à pianoter sur le clavier de leurs téléphones portables. Grâce aux forfaits illimités, les textos envoyés quotidiennement se chiffrent en centaine et les élèves de terminale en ressentent physiquement les effets.

“J’ai du mal à écrire après avec le stylo”, raconte à Europe 1 une lycéenne qui dit envoyer “au moins 500 textos par jour”. “C’est plutôt en cours, quand on se penche parce qu’on met le téléphone sous la table. On penche beaucoup le cou et à certains moments ça fait très mal”, reconnaît-elle.

Les bons gestes à adopter

Frédéric Zenouda, ostéopathe à Paris, confie au micro d’Europe 1 avoir de plus en plus en plus de patients avec des douleurs au pouce cette fois-ci. Pour éviter que cela devienne une épidémie, ce spécialiste donne quelques conseils aux “accros” du portable. “La première à chose à faire est de limiter l’activité sur le smartphone à 40 ou 45 minutes par jour, ce qui est déjà beaucoup. Il faut au moins ne pas enchaîner des centaines de textos par jour”, recommande-t-il.

“Au niveau du pouce, quand l’inflammation, la tendinite est déclarée, on peut mettre de la glace ponctuellement pour pouvoir calmer l’inflammation et le repos pour ménager un peu les articulations”, conseille ce spécialiste.

Et pour éviter les douleurs au cou, les spécialistes conseillent aussi de tenir le portable droit devant soi, le bras tendu. Une recommandation peut-être difficile à mettre en pratique pour les lycéens, qui utilisent beaucoup leur téléphone pendant les heures de cours et n’ont aucune envie de se faire repérer.

Europe1.fr, Mélanie Gomez

Arrêtez la clope !

dimanche 28 novembre 2010

D’accord, le chanteur a pris de l’âge. Mais à l’époque, il était “le” rebel.

Les paroles de la chanson restent d’actualité.

Arrêtez la clope

C’est pas si fastoche d’arrêter
Cette putain de came en vente libre
Y faut une sacrée volonté
Une détermination terrible

Chaque fois qu’j’arrête, c’est pas sérieux
Les douze fumeurs que j’vais taxer,
M’offrent douze cibiches et même du feu
Z’ont vraiment aucune volonté

Soixante cigarettes dans la tronche
Chaque jour et ce d’puis quarant ans
A côté d’la couleur d’mes bronches
Un béret basque paraîtrait blanc

Et j’vous dit pas la thune non plus
Qu’j’ai laissée à ces enfoirés
Ces dealers au coin de la rue
‘Vec leurs carottes pour m’faire marcher 

Arrêter la clope
Avant qu’elle n’arrête ma vie
Trop belle avec toi et mes potes
Trop jolie

Quand j’vois des mômes de douze-treize ans
Qui fument déjà comme des pompiers
J’les imagine dans vingt-cinq ans
A galérer pour arrêter

J’trouve héroïques et admirables
Ceux qui ont jamais eu b’soin d’cette merde
Qui ont rejeté cette fumée du diable
Qui chlingue comme une vieille gerbe

Etat criminel, trafiquant
Qui s’enrichit sur mon cancer
Et qui me supplie dans l’même temps
D’filer ma pièce à Shwartzenberg

Super-trusts américains
Qui rendent la planète toxico
Pis qui t’expliquent que c’est pas bien
Qu’faut pas fumer dans les bistrots

Refrain

Et pis, surtout, j’veux pas mourir
Et surtout pas d’un truc si con
Pas t’laisser seule et puis me dire
Qu’après trente ans d’un deuil profond

Tu pourrais r’garder un autre mec
P’t’être même un fumeur de cigares
Et pourquoi pas t’maquer avec
L’éternité d’viendrait cauchemar

A chacun sa motivation
Moi c’est juste par jalousie
Que j’veux m’libérer d’ce poison
Qu’est un putain d’plaisir aussi

J’veux bien m’retrouver sur l’autre rive
Du moment qu’tu meurs avec moi
J’ai une idée pour qu’ça arrive
Tu veux pas t’remettre au tabac ?

Arrêter la clope
Avant qu’elle me prive de toi
J’pourrais preque me passer d’mes potes
mais pas de toi

J’pourrais presque me passer d’mes clopes
mais pas de toi

Extrait  de l’album Rouge sang, 2006;  parole de Renaud Séchan

**********

Et pour ceux (celle) qui ont (a)  toujours de la peine à comprendre, regarde-z le post “A bon entendeur“, publié en mai 2010.