Après covid-19 – Que restera-t-il de notre liberté?

21 mars – En Israël, le Shin Beth mène la traque et sème la confusion

RTS – 19 heurs 30 – 21.03.2020 – 2 min 27

La Chine, l’Italie, la Russie ont pris des mesures similaires.

La Suisse suit le mouvement le 25 mars. Avec toutes les précautions utiles rassure le gouvernement.

RTS – 19 heurs 30 – 25.03.2020 – 1 min 53

 

Vraiment?

26 mars – Relations entre Swisscom et la Confédération: débat entre Vincent Maitre et Sylvain Métille

RTS La Première – Forum – 26.03.2020 – 10 min 40

En savoir plus –> iClasse (Compte RPN obligatoire)

 

“La Peste” d’Albert Camus, une leçon de vie au temps du coronavirus

RTS La Première – Signature – 23 mars 2020 – 1 min 14

 

28 mars – La discipline des Suisses prouvées par leur natel

Extraits de l’article complet

La semaine dernière, la Confédération a demandé à Swisscom de détecter les attroupements via les téléphones mobiles.

Les premiers résultats montrent que la population est disciplinée, a informé mercredi Alain Berset. Selon lui, les mesures du Conseil fédéral sont respectées. «Le plus important est que ça reste comme ça», a-t-il ajouté.

Une étude mandatée par l’Office zurichois de la statistique et l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich arrive à la même conclusion. Elle a été réalisée par l’institut d’études de marché Intervista auprès de 2500 bénévoles, âgés entre 15 et 79 ans. L’institut a analysé les déplacements de ces personnes via les données émises par leur téléphone portable. L’étude s’est notamment concentrée sur la distance parcourue quotidiennement et le rayon d’action de ces personnes.

1 – Depuis la mi-mars, les Suisses se déplacent moins.

2 – Les plus de 65 ans respectent un peu mieux les directives du Conseil fédéral que les jeunes. Cependant, toutes les catégories d’âges se montrent disciplinées.

3 – Les femmes sont un peu plus disciplinées que les hommes.

4 – Les habitants des campagnes sont un peu plus disciplinés que les citadins.

Source

 

1 avril – L’EPFL travaille sur une application smartphone qui permettrait d’identifier les malades à proximité

RTS – 19 heurs 30 – 01.04.2020 – 2 min 25

Samia Hurst “Ces initiatives sont très importantes mais doivent être bien calibrées. Il faut une fin programmée après la crise”

RTS – 19 heurs 30 – 01.04.2020 – 2 min 42

 

2 avril – Le Journal horaire de 16h00

1, 5 millions d’israéliens ont téléchargé l’application la semaine dernière…

Avancer le lecteur jusqu’à 2 min 22.

RTS La Première – 02.04.2020 – 3 min 36

 

3 avril – Swisscom fournit des données anonymisées, selon le préposé fédéral

La transmission par Swisscom de données sur la localisation de détenteurs de téléphones mobiles dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ne viole pas la protection des données, selon le préposé fédéral. Les infomations fournies à l’OFSP sont bien anonymisées.

Sur la base des explications fournies par Swisscom et sur des échanges déjà intervenus avec l’opérateur sur de telles thématiques, le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) a jugé vendredi qu’il n’y avait pas lieu d’ouvrir une “procédure formelle d’établissement des faits”. Les données fournies à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sont effectivement anonymisées et agrégées, selon Adrian Lobsiger.

Pour récolter les données de localisation, le principal opérateur suisse, qui est en mains de la Confédération, s’appuie depuis plusieurs années sur la plateforme Mobility Insights (MIP). Cette dernière permet de traiter des statistiques de groupes anonymisées au moyen de données agrégées en vue d’évaluer le comportement de mobilité sur le territoire suisse, explique Adrian Lobsiger.

Manque de transparence

Les données sont fournies avec un décalage d'”au minimum huit heures”, selon le préposé. Elles permettent à l’OFSP de vérifier si des personnes se sont rassemblées en grand nombre en Suisse, et ce malgré l’interdiction actuelle des rassemblements de plus de cinq personnes dans l’espace public. Les visualisations concernent des cas où au moins 20 personnes se sont retrouvées dans un espace de 100 mètres sur 100.

Le préposé exprime malgré tout une critique sur un certain manque de tranparence du géant bleu. Les informations sur sa collaboration avec l’OFSP sont en effet rares et difficiles à trouver. Swisscom a réagi et a préparé une Foire aux questions (FAQ) à destination du public, relève le préposé.

Pas de “surveillance individuelle”

Le sujet avait été évoqué le 25 mars dernier lors d’une conférence de presse à Berne avec le ministre de la santé Alain Berset, à la suite d’un article du journal “Le Temps”. Le conseiller fédéral avait insisté sur le fait que les informations étaient livrées de manière anonyme et avec un délai (il avait évoqué alors un décalage de “24 heures”, tout comme le porte-parole de Swisscom).

Les informations de Swisscom permettent de confirmer que les mesures édictées par le gouvernement sont bien suivies par la population, avait relevé Alain Berset, selon lequel il n’est pas question de pratiquer une surveillance individuelle et en temps réel.
ATS – 03.04. 2020

 

3 avril – Pour lutter contre l’épidémie, Google publie des données de géolocalisation


Google analyse les déplacements à travers le monde afin de lutter contre le virus. RTS Le 12h30 – 03.04.2020 – 3 min

Tous tracés

En semant des milliards de données sur internet, les citoyens connectés deviennent les acteurs de leur propre surveillance.

RTS Géopolitis – 3 mars 2020 – 27 min

11 avril – Apple et Google s’allient pour le suivi des données

Des smartphones iOS ou Android vont échanger des informations via Bluetooth afin d’assurer le suivi des individus ayant été à proximité des personnes infectées. La suite… (PDF)

Le Matin – 11 avril 2020

18 avril – L’EPFL se distancie du projet européen de traçage du virus via les téléphones

18 avril – Comme l’EPFZ, l’EPFL estime que la vie privée ne sera pas assez respectée. Les deux établissements travaillent sur un autre système, décentralisé. La suite… (PDF)

21 avril – Les outils de surveillance se banalisent

21 avril – PANDÉMIE Internet devient une arme dans la lutte contre le Covid-19. Félix Tréguer, auteur de «L’Utopie déchue: une contre-histoire d’internet XVe-XXIe siècle», redoute un affaiblissement des libertés. La suite… PDF)

24 avril – L’application de traçage des malades du covid-19 devrait être opérationnelle à la mi-mai

RTS – 19h30 – 24 avril 2020 – 2 min 36

Antoine Silacci “Les parlementaires ne sont pas opposés à une application de traçage, mais ils veulent des garde-fous.

RTS – 19h30 – 24 avril 2020 – 1 min 44

Pour endiguer l’épidémie, le Liechtenstein a décidé d’équiper ses habitants de bracelets biométriques

RTS – 19h30 – 24 avril 2020 – 2 min 34

5 mai – L’application de traçage peut-elle être lancée sans base légale, par simple ordonnance ? Débat au Parlement fédéral.

RTS – 19h30 – 5 mai 2020 – 2 min 21

Prof. Jean-Henry Morin “Il faut se donner le temps pour obtenir quelque chose qui soit responsable et durable”

RTS – 19h30 – 5 mai 2020 – 2 min 23

 

8 mai – Jean-Philippe Walter, expert indépendant et Commissaire à la protection des données du Conseil de l’Europe (vidéo)

RTS La Première – Le Journal de 7 heures – 8 mai 2020 – 8 min 16

 

 

L’application de traçage sera lancée en juin en Suisse


8 mai 2020

 

12 mai – Coronavirus : un chien robot de Boston Dynamics patrouille à Singapour

Cliquer sur l’image pour en savoir plus…

12 mai – La Suisse sous surveillance

Cliquer sur l’image pour lire l’article…

Migrosmagazine – PDF – 11 mai 2020

20 mai – SwissCovid – Appli de traçage sur de bons rails

22 mai – Pour ou contre une application de traçage en Suisse

Face à face entre un politicien qui est pour et une spécialiste de la sécurité sur Internet qui est contre. Textes publiés dans la rubrique Opinion du Temps en ligne en mai 2020.

26 mai – Notre test de l’application de traçage du virus

Cette semaine marque le lancement d’un test à grande échelle de l’application SwissCovid, qui sera proposée à toute la population dès juin. «Le Temps» a pu tester le logiciel avec un responsable de l’EPFL.

Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo.

Le Temps – 26 mai 2020

29 mai – La protection des données en temps de coronavirus: interview de Sylvain Métille, avocat

RTS La matinale – 7 min 29 – 29 mai 2020

03 juin – Feu vert pour SwissCovid

03 juin – Avant le feu vert officiel, SwissCovid a été téléchargée plus de 50 000 fois

04 juin – Pourquoi SwissCovid doit utiliser les services d’Amazon en Allemagne

06 juin – SwissCovid ou GAFAMCovid ?

Dans la mesure ou SwissCovid :

  • N’est pas Open Source.
  • Le code source est chez Microsoft (GitHub).
  • Le protocole est contrôlé par Apple et Google.
  • Certains serveurs SwissCovid sont chez Amazon.

Pourquoi le dispositif SwissCovid ne s’appellerait-il pas GAFAMCovid ?

Des usages abusifs et détournés sont possibles comme l’est d’ailleurs l’identification des personnes dont l’identité est supposée être anonyme.

SwissCovid pose des problèmes de souveraineté, de transparence, de sécurité et de protection des données et d’intimité numérique (privacy).

Les risques associés, tant pour le pays, que pour les organisations et les individus, ne sont pas maitrisés.

L’information communiquée au public est jusqu’à présent incomplète voire inappropriée, pour qu’un consentement libre et éclairé puisse s’exprimer.

Cybersécurité – Le blog de  Solange Ghernaouti, Docteur en informatique, professeure qui dirige le Swiss Cybersecurity Advisory & Research Group (UNIL)

08 juin – L’application Swisscovid validée par le Parlement

L’application de traçage de contacts SwissCovid pourra être utilisée par la population, de manière facultative. Le Conseil national a approuvé à son tour lundi, par 156 voix contre 22, la base légale accompagnant sa mise en place.

Tous les groupes parlementaires y étaient favorables, mais quelques UDC se sont quand même montrés réticents.

L’application fonctionne grâce à la technologie bluetooth. Ses utilisateurs qui auront été en contact avec une personne infectée seront averties, ce qui devrait permettre d’éviter une deuxième vague, le port du masque obligatoire ou de nouvelles restrictions pour l’économie.

Le ministre de la Santé, Alain Berset, a rappelé que le traçage des contacts apporte un élément supplémentaire. Elle permet de mettre en garde une personne qui n’est pas consciente d’avoir été exposée à un risque. C’est un complément important à la méthode classique, a-t-il souligné.

Edouard Bugnion, vice-président pour les systèmes d’informations à l’EPFL, est l’un des chefs de file du développement de cette application de traçage. Il en a explicité les contours et rappelé les mesures de protection des données dans l’émission Forum.

RTS La Première – Forum – 8 juin 2020 – 5 min 31

08 juin – Deux tiers des élus fédéraux comptent installer l’app de traçage SwissCovid

Cliquer sur l’image pour afficher

13 juin – L’application Swisscovid,  risque de piratage

RTS 19h30 – 13 juin – 3 min 36

25 juin – Déjà 150.000 téléchargements de l’application SwissCovid

SwissCovid: je télécharge, oui ou non? Huit questions et une réponse

______________________________________________

En savoir plus –> iClasse (compte RPN obligatoire)

Que se passe-t-il sur le plan politique en Suisse et en Europe?

Des questions pour débattre

  • Qui contrôle le géant Google – maison mère Alphabet, valorisation boursière d’environ mille milliards de dollars – (ou les autres) de l’Internet? Un État? Le peuple? L’ONU? Personne, c’est (ce sont) une (des) entreprise-s privée-s  qui n’a (ont) de comptes à rendre uniquement à ses (leurs) actionnaires?
  • Réécoutez attentivement la fin du commentaire de Signature du 26 mars. Et si la technologie de surveillance de masse via les téléphones portables et les réseaux sociaux était la prochaine peste? 

En savoir plus –> iClasse (compte RPN obligatoire)

2 commentaires sur “Après covid-19 – Que restera-t-il de notre liberté?

  1. Bonjour à tous,

    Merci pour ce parcours très intéressant!

    “Réécoutez attentivement la fin du commentaire de Signature. Et si la technologie de surveillance de masse via les téléphones portables et les réseaux sociaux était la prochaine peste?”

    Oui, je pense qu’il y a malheureusement des risques pour que ce soit le cas (entre autres manifestations du totalitarisme)… Nous sommes en train de vivre un moment bien particulier, où beaucoup de libertés individuelles mais aussi de bons sens sont sacrifiés parce que nous avons peur pour notre santé (ou celle de notre population la plus fragile). J’ai franchement l’impression que notre société peine à garder la tête froide. Alors gardons les yeux ouverts, car comme disait Camus:

    « Écoutant, en effet, les cris d’allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait ce que la foule en joie ignorait, et qu’on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu’il peut rester pendant des dizaines d’années endormi dans les meubles et le linge, qu’il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse»

    Bien à vous, Clarijo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *