Les billets de l'OISO
Office de l'informatique scolaire et de l'organisation
RPN

Homo Numericus

specimen

L’émission de la RTS “Specimen” du 3 décembre 2014 se plongeait dans l’ère du numérique et explorait les changements qu’elle induit.

Vous avez remarqué? Il y a plein de nouveaux mots en français. Selfie, cloud, big data, etc. Les géants mondiaux du numérique ont tissé une toile inextricable et nous nous y sommes gaiement précipités, comme des abeilles attirées par le miel du savoir immédiat et de la communication planétaire. L’Homo Numericus en devenir nage comme un poisson dans l’environnement numérique… mais parfois il s’y noie.

Pour les années 7 à 11, quatre vidéos à regarder en classe et bien finir l’année!

Accéder aux extraits vidéo.

1. Multitâche, le rêve d’Icar.

Distraction et lenteur: le multitâche n’a rien de bon. Une expérience menée par Samuel Bendahan (UNIL, EPFL) démontre le ravage des interruptions impromptues, comme dans notre quotidien lorsque nous sommes bombardés de mails ou de téléphones tout au long de la journée, pour mener une tâche à bien (4 minutes 41).

2. Des claviers bien tempérés.

Etre inatteignable peut s’avérer aujourd’hui un devoir salvateur.  Alessandro Sofia, responsable de la communication dans un grand institut post-grade s’impose cette discipline (3 minutes 07).

3. Expérience un brin sadique.

Comment survivent deux adolescents à qui l’on impose trois jours sans aucun écran? Lucie et Tim ont joué le jeu (7 minutes 02).

 4. Addiction aux écrans.

Les services spécialisés en addictologie prennent en charge des patients, de plus en plus jeunes. Rencontre avec William et son thérapeute Philip Nielsen (6 minutes 30).

tic Pour rappel…

3 -6- 9- 12, les recommandations de Serge Tisseron.

arton654-1bafa

Dropbox et RPN

Suite à plusieurs discussions et messages concernant l’utilisation de Dropbox sur le RPN, voici un rappel de la pratique en vigueur :

1. Pour des questions d’infrastructures et de protection des données, Dropbox ne peut être considéré comme un dispositif à usage professionnel. Par conséquent, il n’est pas et ne sera pas pris en charge par le RPN. Sous réserve du respect des dispositions légales relatives à la protection des données, l’utilisation du site en ligne reste possible.

2. Un dispositif RPNCloud est en cours de réalisation. Le délai de mise à disposition n’est actuellement pas défini.

3. Le dispositif RPNomade est offert à tous les enseignants pour permettre un partage sécurisé depuis le RPN et/ou un PC privé. La structure des répertoires peut-être personnalisée sur demande à l’OISO.

Nous vous remercions de votre compréhension.

 

La prudence s’impose avec les données personnelles

Les enseignants peuvent-ils stocker des informations dans un cloud (Sky Drive, Google Drive, Dropbox, iCloud) dans le cadre professionnel?

Réponse du préposé à la protection des données et à la transparence des cantons du Jura et Neuchâtel (PPDT): )

Les entités soumises à la CPDT-JUNE  (dont les écoles neuchâteloises) n’ont pas le roit d’utiliser les services tels que Sky Drive, Google Drive, Dropbox, iCloud, etc., excepté s’il s’agit de données réellement non personnelles et non soumises au secret de fonction. Lire la suite…

Avis du 2013.0461 publié le 8 mai 2013.

La Centrale fédérale pour la sûreté de l’information (MELANI) ignore actuellement dans quelle mesure les données personnelles sont collectées sur internet

topelement
Photo d’illustration. Image AFP.

On ignore actuellement dans quelle mesure les données personnelles sont collectées sur internet, rappelle jeudi la Centrale fédérale pour la sûreté de l’information (MELANI). La transparence laisse en particulier à désirer sur les données transmises aux fournisseurs d’applications de smartphones.

Certes, «la plupart des gens savent que sur internet, la prudence s’impose avec les données personnelles», écrivent les experts de MELANI dans leur rapport du second semestre 2012. Mais le risque tient surtout aux regroupements possibles entre les données publiées volontairement et les traces laissées involontairement, par exemple en visitant certaines pages.

Des programmes sans cesse améliorés et la puissance de calcul croissante des processeurs permettent d’exploiter de manière toujours plus raffinée de grandes quantités de données, qui acquièrent ainsi une valeur commerciale, expliquent les auteurs du rapports. De nombreux prestataires en ligne s’intéressent de près au comportement des internautes, afin d’afficher des annonces publicitaires mieux ciblées.

Et comme la navigation tend à se déplacer des ordinateurs «normaux» vers les smartphones, l’affichage de la publicité varie de plus en plus selon la localisation, relève le rapport. En outre, les nouvelles techniques, comme la reconnaissance faciale, intéressent vivement la branche publicitaire: «Il y a donc peu de chance qu’à l’avenir, il soit plus aisé aux utilisateurs de décider quelles données les concernant peuvent ou non être traitées voire transmises à des tiers».

Régler son navigateur

Les fabricants de navigateurs ont de leur côté mis au point des réglages pour éviter que des entreprises commerciales n’obtiennent des informations sur les habitudes de navigation, rappellent aussi les auteurs du rapport.

Firefox et Internet Explorer proposent ainsi une option «Do not Track», empêchant les sites web d’établir des profils de navigation. Firefox offre en outre un module d’extension, «Ghostery», qui déjoue autant que possible toute tentative de traçage.

Mais à l’heure actuelle, aucune procédure ne saurait garantir à l’utilisateur qu’aucune donnée ne soit collectée et, le cas échéant, agrégées à d’autres, met en garde le rapport.

(ats/Newsnet)

Le Conseil fédéral dans l’expectative

Comment protéger les données personnelles des citoyens suisses détenues par des entreprises américaines? Dans une interpellation, le conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD) s’inquiète notamment des effets de la loi américaine «FISA» qui permet aux autorités des Etats-Unis d’exiger des entreprises américaines qu’elles livrent des données personnelles de ressortissants de pays tiers. Pour en savoir plus…

Protection des données personnelles

Trois exemples pour illustrer la protection des données personnelles dans le cadre scolaire

1. Stockage en ligne dans les nuages tels que Google Drive, Dropbox, SkyDrive, iCloud, …

nuage

Est-ce qu’un membre du corps enseignant ou d’une direction d’école peut déposer des ressources dans un service de stockage en ligne ?
La Convention intercantonale relative à la protection des données et à la transparence dans les cantons du Jura et de Neuchâtel (CPDT-JUNE) ne permet pas le stockage en ligne de données personnelles professionnelles (fichiers, images, vidéos, etc.). La plupart des services de stockage en ligne pour les particuliers ne garantissent pas la totale confidentialité des données et leurs sites d’hébergement ne sont pas basés en Suisse ou dans l’Union Européenne.

Quel est le risque ? En mettant des informations dans de tels services de stockage en ligne, on participe implicitement au profilage des personnes. Les informations déposées pourraient être utilisées par un potentiel employeur, créancier, publicitaire ou par une administration étrangère. Par exemple, un document déposé dans un service de stockage en ligne qui mentionnerait le comportement violent d’un élève pourrait entraîner son interdiction d’entrée sur le territoire des Etats-Unis sans que les raisons lui soient expliquées. Cette éventualité n’est plus de la science-fiction, les cas concrets se multiplient. De plus, en cas de fuite ou de vol de données, les éventuels préjudices sont sous la responsabilité exclusive de celui qui les a déposées.

Quel pourrait être un préjudice poursuivi ?
La personne concernée (élève ou enseignant) par le vol de ses données stockées chez un fournisseur en ligne pourrait poursuivre la personne qui les a déposées sur un serveur ne présentant pas toutes les garanties d’usage. Le préjudice serait évalué en fonction des pertes estimées (assurances vies, activités
professionnelles, pertes de gains, etc.) par la publication de données personnelles et/ou sensibles.

Que propose le Réseau pédagogique neuchâtelois (RPN) ?
– Le dispositif RPNomade permet un accès sécurisé aux données pour tous les adultes titulaires d’un compte RPN et ceci depuis tout ordinateur connecté à Internet.
– Le partage de fichiers est possible en passant par les dossiers P:\Tous ou P:\Profs de chaque collège. Nous vous encourageons vivement à utiliser ce dispositif et sommes à votre disposition pour vous accompagner dans sa mise en œuvre.
– Pour la récolte de données, nous vous proposons des formulaires en ligne sécurisés. Pour en savoir plus, envoyez un message à oiso@rpn.ch.

Et l’avenir ?
Nous travaillons continuellement à adapter nos services aux nouveaux usages. La question de la mise en place d’un service de stockage en ligne pour le RPN en fait partie.

2. Le transport d’élèves

Un établissement scolaire peut-il transmettre à une société de transport une liste d’élèves comportant les données, nom, prénom et date de naissance ?
Oui, sous conditions. Les institutions soumises à la CPDT-JUNE peuvent, sous conditions, communiquer ces données. Toutefois, cette communication est sous la responsabilité de celui qui communique, soit du maître du fichier. La loi prévoit la possibilité de transférer des données des “sous-traitants”. Dans notre cas, la société de transport est considérée comme “sous-traitant” mandatée par l’école pour assurer le transport des élèves. Dans le droit neuchâtelois, le contrat passé avec la société de transport doit préciser que l’entreprise s’engage :

  • à respecter la loi sur la protection des données en vigueur (au même titre que l’école);
  • ne pas communiquer ces données à d’autres personnes;
  • à les utiliser uniquement pour le transport en question;
  • à détruire la liste des élèves une fois le mandat rempli.

Si la société de transport ne respectait pas les modalités définies, c’est elle qui en supporterait les éventuels préjudices.

Protection des données
personnelles

3. La promotion d’une association de métiers

Un établissement scolaire peut-il transmettre pour la promotion d’une association de métiers une liste d’élèves en fin de scolarité comportant les données, nom, prénom et date de naissance ?
Oui, sous réserve de l’accord du Conseil d’Etat. Les institutions soumises à la CPDT-JUNE peuvent communiquer des données à des fins dites “idéales”. Dans le droit neuchâtelois, le contrat passé avec une association de métiers doit préciser qu’elle s’engage :

  • à respecter la loi sur la protection des données en vigueur (au même titre que
    l’école);
  • à ne pas communiquer ces données à d’autres personnes;
  • à les utiliser uniquement pour l’action de promotion convenue;
  • à détruire la liste des élèves une fois l’action terminée.

Si l’association concernée ne respectait pas les modalités définies, c’est elle qui en supporterait les éventuels préjudices. En revanche, on ne peut pas communiquer des données pour une demande motivée par des besoins commerciaux.

L’OISO se tient à disposition des établissements scolaires pour tout complément.

Article rédigé avec la collaboration de Monsieur Christian Flueckiger, préposé intercantonal à la protection des données et à la transparence, docteur en droit et avocat.

Références

Projet RPN tablettes

Une tablette, pour quoi faire ?

Est-ce que les tablettes remplaceront les ordinateurs dans les classes du cycle 1 et du cycle 2 ?
Est-ce que les tablettes viendront compléter le matériel des classes du cycle 3 ?
A quel prix ?
Avec quels usages ?

Voici quelques questions actuellement sans réponse mais que l’on doit traiter. D’autant que plusieurs enseignants utilisent déjà leur tablette personnelle en classe.

Le recours à des tablettes numériques pour des activités pédagogiques retient actuellement notre attention:

  • utilisation d’apps pédagogiques ou de ressources en ligne actuellement proposées par le RPN (iClasse, iLangues, etc.);
  • utilisation d’apps de productivité et de communication (traitement de texte, vidéo, prise de note, etc.);
  • utilisation d’apps de référence tels que des outils encyclopédiques pour les disciplines  (Wikipedia, dictionnaire prédictif, tableau périodique, etc.) ;
  • utilisation d’apps outils (calculatrices, enregistreur, appareil de photo, etc.) ;
  • utilisation de moyens d’enseignement augmentés (enrichis).

L’Office de l’informatique scolaire et de l’organisation (OISO)  n’est pas insensible à l’évolution du matériel et des pratiques. Il s’agit aujourd’hui d’identifier les domaines dans lesquels la tablette numérique rend services dans les processus d’apprentissage des élèves.

Sur proposition de Mme Marie-Christine Schnegg, enseignante au Centre du Bas-Lac de l’Ecole obligatoire de la région de Neuchâtel (EORéN) et de M. André Tissot, enseignant au Centre régional d’apprentissages spécialisés (CERAS) et avec leur précieuse collaboration, l’OISO  conduit durant l’année scolaire 2012-2013 le projet « RPN tablettes, une tablette pour quoi faire ? »

L’enjeu est d’évaluer l’éventuelle complémentarité entre tablettes et ordinateurs en observant l’usage des tablettes dans une classe entière du cycle 3 ainsi qu’auprès d’élèves d’une école spécialisée.

Le projet poursuit des objectifs sur les plans techniques et pédagogiques pour l’enseignement obligatoire et spécialisé

Objectifs techniques et d’intégration

Répondre aux questions techniques suivantes :

  1. Quelle est la durée de vie des tablettes par rapport à un ordinateur conventionnel?
  2. Comment partager les ressources (documents, images, vidéos, etc.) entre les périphériques tels que des ordinateurs, tablettes, smartphones, etc. dans le RPNCloud?
  3. Comment sécuriser l’accès à Internet depuis les tablettes?
  4. Quelle est la fiabilité des tablettes?

Mettre en place des scénarios d’utilisation de matériel ultra-portable qui permettent de valider l’hypothèse « l’usage de tablettes est facilité  » :

  1. par une taille idéale pour son utilisation sur la place de travail de l’élève;
  2. par sa mise en route rapide;
  3. par un accès intuitif et rapide aux ressources;
  4. par un attrait motivant;
  5. par une autonomie suffisante dans le cadre du travail en classe.

Objectifs pédagogiques (enseignement obligatoire)

Objectifs à évaluer auprès des enseignants et des élèves:

  1. Rechercher et sélectionner les ressources (apps ou en ligne) pertinentes pour les disciplines concernées (Art, MSN, Langue I, Langue II, SHS);
  2. Tester et évaluer l’utilisation augmentée de moyens d’enseignement (documents pdf existants) – ajout de sons, vidéos, animations Flash, liens, etc.;
  3. Evaluer et démontrer la complémentarité entre ordinateurs et tablettes;
  4. Identifier les avantages et les inconvénients de l’utilisation de tablettes en classe (y compris au niveau de la gestion de la classe);
  5. Evaluer la pertinence de l’usage de tablettes comme outils de référence (dictionnaires, encyclopédies, calculatrice, cartes de géographie, etc.).

Objectifs pédagogiques (enseignement spécialisé)

Objectifs à évaluer auprès des enseignants et des élèves:

Evaluer la pertinence de l’usage des tablettes comme outils d’aide spécifique aux élèves ayant des troubles de langage.

Mise en oeuvre

Classe du Centre du Bas-Lac

Achat et mise à disposition  de 22 tablettes équipées. En complément, équipement de 3 tablettes à disposition des enseignants dans la salle des maîtres.  Un réseau sans fil est diffusé dans les locaux où travaillent les élèves.

Matériel:

  • 25 tablettes iPad Wifi 32 Gb. Une fourres de protection réalisée par les enseignants;
  • 3 tablettes iPad Wifi 32 Gb pour la salle des maîtres ;
  • 1 réseau sans fil itinérant ;
  • Un crédit pour l’acquisition d’applications spécifiques.

Conditions de mise en place du projet:

  • Accord et soutien de la direction du cercle régional;
  • Accord et soutien de la direction de l’établissement;
  • Attribution de 3 périodes de décharge  hebdomadaires pour l’enseignant qui conduit le projet ;
  • Engagement à utiliser le dispositif de manière régulière d’au moins un enseignant par domaine disciplinaire.

 Ecole spécialisée du CERAS

  • Matériel:

    • 9 tablettes iPad Wifi 32 Gb. Une fourre de protection basique.
    • Les enseignants utilisent leur tablette personnelle.
    • 1 réseau sans fil itinérant avec chariot de rangement.
    • Un crédit limité  pour l’acquisition d’applications spécifiques.

    Conditions de mise en place du projet:

    • Accord et soutien de la direction de l’établissement;
    • Le projet est conduit par l’enseignant responsable API (aides pédagogiques par l’informatique: www.rpn.ch/api);
    • Engagement à utiliser le dispositif de manière régulière par 4 enseignant dans 3 classes d’âge différentes (phase 1 / 2 / 3) .

Suivi du projet

Le suivi du projet sera effectué par la plateforme « Recherche » de la HEP-BEJUNE.


©2013 Tous droits réservés | Office de l'informatique scolaire et de l'organisation


accueil actualités
contact rpn.ch
Flux RSSSuivre ce blog



  • Articles récents

  • janvier 2020
    L M M J V S D
    « Déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives



  • ne.ch