Les billets de l'OISO
Office de l'informatique scolaire et de l'organisation
RPN

Je surfe donc je suis

Lorsque l’on surfe sur Internet, il n’est pas rare d’être confronté à des questionnaires ou formulaires en tout genre à remplir avec nos données personnelles. Si certains sites sont sécurisés et assurent une protection des données optimales, il est tout de même intéressant de se pencher sur les conditions d’utilisation afin de s’assurer de cette protection. En effet, les traces laissées sur Internet peuvent être nombreuses et il n’est pas rare de découvrir que des informations, que l’on jugeait pourtant personnelles, soient accessibles à tous.

L’identité numérique, d’après une cartographie de fredcavazza.net

L’identité numérique se crée à partir des informations et des traces laissées par l’utilisateur sur la toile. Si certains choisissent de s’exposer, d’autres en revanche, se trouvent pris au piège et doivent faire face à une image qui n’est pas celle qu’ils souhaitaient donner. De plus, une utilisation active d’Internet qu’elle soit exclusivement réservée aux réseaux sociaux ou qu’elle soit plus large n’est pas anonyme. Qui n’a jamais dû donner un nom, un prénom, une adresse postale ou une adresse de messagerie électronique pour rejoindre un forum, un réseau social, un tchat ou encore pour accéder à des activités ludiques? Si les traces laissées concernant des données personnelles peuvent devenir accessibles, il se peut également que des commentaires ou des participations à des forums soient rendus publiques. Il en va de même lorsque l’on publie des images ou des photographies. En effet, ces dernières peuvent, parfois à notre insu, circuler librement voire être exploitées par des tiers. La diffusion d’informations personnelles, de commentaires ou d’images sur Internet n’est jamais complètement privée et lorsque l’on choisit de se dévoiler il faut savoir que cela n’est pas sans risques.

Si l’on souhaite garder une emprise sur son E-réputation, il vaut mieux restreindre le nombre d’informations que l’on partage afin d’en limiter l’éventuelle propagation et choisir le genre de renseignements que l’on souhaite donner; son nom? Son adresse? Son âge? Son statut? Etc. En effet, chacun a sa propre définition de ce qui est “personnel” et de ce qui ne l’est pas, et est donc libre de dévoiler ou non les informations qui le concerne après avoir pris le temps de réfléchir aux avantages et inconvénients que cela comporte. En ce qui concerne les commentaires ou les prises de positions dans des forums ou autres lieux de discussions ou d’échanges, il faut sans doute avoir à l’esprit deux choses primordiales; la première c’est qu’Internet n’oublie jamais et que, par conséquent, des propos pourraient resurgir et être rendus publiques a postériori. Deuxièmement, que les échanges même s’ils ont lieu par écrans interposés concernent en réalité des personnes physiques réelles et que ces échanges doivent donc répondre aux exigences qu’imposent les lois et règles de notre société. Quant aux images diffusées sur la toile, bien qu’elles permettent des échanges à large échelle (lorsque l’on souhaite, par exemple, partager des clichés avec des membres de la famille géographiquement éloignés), il est nécessaire de savoir qu’un simple copier-coller peut en permettre la diffusion et que l’on perd, dès lors, toute emprise sur ces images.

Image proposée par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL – www.cnil.fr)

En conclusion et sous-réserve d’usurpation d’identité, le contrôle de cette identité numérique, si facile à construire puisque elle est, en définitive, basée sur une compilation d’informations et de traces laissées par l’internaute lui-même et par des tiers, peut très vite nous échapper. Tenter de  la modifier est une étape laborieuse et le résultat n’étant pas garanti, il vaut certainement mieux prendre le temps de la réflexion avant de s’exposer ou d’exposer des tiers en veillant, notamment, à ne fournir que des données qui pourraient être rendues publiques et penser de temps en temps à taper son nom sur Google ou sur des sites spécialisés, par exemple, afin de découvrir, surveiller ou encore constater quelle identité Internet nous a forgé.

Sources:

http://aliaz.com/identite-numerique/guide.pdf

http://icp.ge.ch/sem/prestations/IMG/pdf_dsi_sem_identite_numerique_v10.pdf

 

Lien utiles:

http://www.netla.ch/fr : “Mes données m’appartiennent”, site ludique adapté aux enfants et adolescents de 5 à 14 ans.

http://www.petiteshistoiresdinternet.ch/fr/04.html : Petite histoires d’Internet “L’histoire sans fin”, mésaventure lié à la publication d’une image relatée sous forme de BD.

http://enseignement.educa.ch/fr/protection-donn%C3%A9-internet : page regroupant plusieurs liens intéressant autour de cette problématique.

http://www.123people.ch/ : site de recherches de personnes

http://www.google.com/alerts?hl=fr :  surveillez le Web et soyez alerté de l’apparition de nouveau contenu vous citant

Les commentaires sont fermés.


©2013 Tous droits réservés | Office de l'informatique scolaire et de l'organisation


accueil actualités
contact rpn.ch
Flux RSSSuivre ce blog



  • Articles récents

  • août 2020
    L M M J V S D
    « Juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives



  • ne.ch