Justice: Google devra respecter «le droit à l’oubli numérique»

Google estime qu’il lui faudra «plusieurs semaines» pour trouver un moyen de se conformer à une décision de la justice européenne. Celle-ci l’oblige à effacer certaines données privées de ses résultats de recherche au nom du «droit à l’oubli».

La Cour européenne de justice (CEJ) de Luxembourg a débouté le groupe américain mardi, estimant que les particuliers pouvaient obtenir, sous certaines conditions, la suppression des liens vers des pages internet comportant des données personnelles. Ils doivent pour cela s’adresser directement au fournisseur de ces liens.

«L’arrêt a des implications importantes pour la manière dont nous gérons des demandes de retrait» d’informations dans les résultats de recherche, a indiqué un porte-parole de Google. […]

La décision s’applique à tous les pays de l’UE, mais son application sera supervisée par les organismes nationaux en charge de la protection des données.

Dès le lendemain de l’arrêt, certains experts et acteurs du secteur technologique avaient prévenu que sa mise en oeuvre serait compliquée, certains y voyant même un risque d’ouvrir la porte à la censure. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s’est aussi inquiétée d’une obstruction dans le travail d’enquête journalistique.

Google n’a pas communiqué sur le nombre de demandes de retrait d’informations qu’il a reçues depuis l’arrêt. Certains médias, notamment britanniques, ont fait état d’une nette augmentation. (Source: laliberte.ch)

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.