Articles associés au tag ‘partage de photos’

Instagram juge cette photo «inappropriée» et provoque une révolte de mamans

Un petit vent de révolte s’est répandu chez les mamans blogueuses et instagrameuses, depuis que l’une d’entre elles s’est vu fermer son compte sur le réseau social de partage de photos, Instagram. Sur son blog, Courtney Adamo, (@CourtneyBabyccinokidsraconte :

“Mercredi soir, j’ai posté cette photo de Marlow dans ses bottes de pluie jaunes et sa “culotte de grande”. J’ai raconté comment […] elle avait décidé de devenir propre, et comment elle avait gardé sa culotte sèche toute la journée. J’ai trouvé que cette photo de ma petite fille et de son ventre rond (avec nombril proéminent) était trop mignonne. J’aime que sa fierté soit si visible sur la photo.”

La photo a été dépubliée.

“J’étais sûre que c’était une erreur, donc je l’ai repostée. Et hier soir [jeudi dernier, ndlr], mon compte a été bloqué.”

Pour la mère, c’est un drame. Elle s’explique dans un texte qui en dit long sur ce que sont devenus les réseaux sociaux pour beaucoup: des carnets de bord autant que des albums de famille.

“Instagram a détruit quatre ans de photos et de souvenirs de ma famille: toutes les photos de nos voyages, les anniversaires de mes enfants, toutes mes notes, tous mes commentaires sur les traits de mes enfants et les étapes importantes, tous les mots des amis et de la famille, les messages que j’ai reçus quand Marlow est née.”

Pour la soutenir, un « hashtag » (mot-clé) a été créé : #BringBackCourtneyBabyccino (ramenez Courtney Babyccino). On y trouve 1 000 photos, celle de Marlow postée et repostée avec des messages de soutien.  […]

D’autres postent des photos de leurs propres enfants le nombril à l’air:

“Hey @instagram, tout le monde a un ventre et ce n’est pas inapproprié.”

Enfin certaines utilisatrices notent que d’autres photos d’adultes forts dénudés ne sont pas dépubliées alors qu’on pourrait les imaginer plus choquantes.

L’attitude d’Instagram est intéressante à l’heure où Facebook vient d’autoriserles photos de femmes en train d’allaiter. En attendant que cette «lutte» aboutisse, Courtney Adamo s’est ouvert un nouveau compte depuis samedi. A l’heure où nous publions cet article, il compte déjà 4 983 abonnés. Lundi matin, la blogueuse avait finalement retrouvé son compte d’origine et ses 38 025 abonnés. (Source: Rue89)

Cette photo s’autodétruira dans dix secondes… peut-être…

Snapchat permet de partager des photos sans laisser de traces numériques derrière soi grâce à une idée simple: les photos s’autodétruisent au bout de dix secondes. Cette application aux faux airs de Mission: impossible est née d’une question que se sont posée deux jeunes programmeurs: “Et si les photos embarrassantes disparaissaient dès l’instant où elles sont vues?” Avec 200 millions de photos échangées chaque jour, le concept trouve visiblement ses adeptes. (Source: Courrier international – 9 juillet 2013) 

Un expert a annoncé avoir découvert une faille dans l’application Snapchat, qui permet de récupérer l’ensemble des photos reçues par un utilisateur. Les fichiers sont en réalité stockés dans un dossier caché sur le disque dur du téléphone. Une entreprise a décidé d’en tirer une exploitation commerciale: pour 300 à 600 dollars, elle propose désormais aux “parents et à la justice” de récupérer les images Snapchat de tout téléphone. Un peu embêtant pour les plus de 40 millions de personnes qui utilisent précisément Snapchat pour ne pas laisser de traces de leurs conversations privées. (Source: rezonances – 10 mai 2013) 

La FTC, le gendarme américain de la concurrence, accuse Snapchat d’avoir trompé ses utilisateurs sur le caractère éphémère des snaps publiés (photos, vidéos, textes…), censés «disparaître pour toujours» en moins de dix secondes. Snapchat a notamment négligé de les informer que les snaps pouvaient être sauvegardés indéfiniment, en utilisant d’autres applications.

Ce service pour smartphones est devenu très populaire, mais sa croissance a nourri des inquiétudes, car l’application peut donner aux adolescents une fausse impression de sécurité quand ils publient des photos.

La FTC accuse aussi Snapchat d’avoir collecté, sans leur dire, les contacts des carnets d’adresses de ses utilisateurs. «Si une entreprise vend un service fondé sur la sécurité et la confidentialité, c’est essentiel qu’elle tienne ses promesses», a estimé la présidente de la FTC. (Source: lemonde.fr – 9 mai 2014)

Voir aussi la vidéo “Snapchat ou le succès (éphémère?) de l’éphémère” (2:16) 

Cet article en pdf

Questions – cycles 2 et 3

  1. Pourquoi les internautes partagent-ils des photos ou des images?
  2. Pour quelles raisons l’application Snapchat a-t-elle rencontré un si grand succès?
  3. Si tu étais parent, accepterais-tu que ton enfant utilise cette application?

Questions – cycle 3

  1. Les photos partagées via Facebook sont-elles davantage sécurisées que sur Snapchat?
  2. Que peux-tu faire si tu as diffusé une image sur internet et que tu veux la récupérer?
  3. Si tu étais parent et que tu avais des inquiétudes à propos de l’usage que ton enfant fait de son smartphone, utiliserais-tu les services d’une entreprise pour récupérer des fichiers effacés?

Les commentaires sont modérés avant leur publication. Pour être approuvés, ils doivent être en accord avec la Charte RPN.