Articles associés au tag ‘relation’

Les usages des jeunes, oui, mais pas sans «accompagnement»!

[…] Quelle éducation, quel enseignement est possible dans un monde peuplé d’écrans plus attirants les uns que les autres ?

Rappelons d’abord qu’une mauvaise habitude fait souvent « emmêler » ou « confondre » éducation et enseignement ou plutôt scolarité et cela selon les contextes. Certes l’un et l’autre sont liés, mais il est toujours nécessaire de rappeler de ce dont on parle car trop souvent on pourrait penser que l’éducation se réduit à la scolarisation, en particulier dans une société dans laquelle la parentalité est très bousculée. […]

Déplorer l’attitude des jeunes c’est aussi déplorer les choix éducatifs des adultes, mais encore faut-il faire le travail personnel qui s’impose. Mais ce qui est très intéressant dans cette évolution c’est le renvoi à la responsabilité et au choix. Certes avec tous les médias, papiers ou autres, la question est un peu la même. Mais avec la place prise par le numérique dans le quotidien elle devient cruciale. Car outre la consommation dite passive, en réalité en réception, il y a désormais une consommation dite active, en émission. Si l’on compare avec l’écrit, auquel l’école est censée former, force est de constater que la très grande majorité des jeunes et des adultes en font très peu usage au cours de leur vie, ou tout au moins dans des usages fonctionnels restreints. Tout le monde n’écrit pas des livres, des articles etc… Qu’en est-il alors du numérique ?

On constate que la multiplication des écrans entraine la multiplication des écrits (de toutes sortes). Elle entraine même la multiplication en réception comme en émission. Car la possibilité de diffusion permise «autorise». Même si elle ne déclenche pas des torrents de littérature, cette évolution libère de nombreux complexes (les fautes d’orthographes témoignent de cela). Opportunité formidable dont on se demande pourquoi les enseignants de lettres ne profitent pas davantage. […]

Outre la nécessaire lucidité sur soi qu’il est bien plus facile à avoir quand on a une somme d’expérience que quand on découvre le monde, il y a une posture à construire, tant du coté des adultes que de celui des jeunes, mais à faire advenir pour eux. Or la responsabilité des adultes c’est bien la construction de la jeunesse et du monde dans lequel elle va vivre. Malheureusement on prétend souvent le premier terme, mais on refuse souvent d’en assumer le second. Construire la jeunesse, les adultes le revendiquent, mais le monde qui restera après eux (après nous), ils ont bien plus de mal à accepter leur responsabilité. En choisissant de mettre des écrans dans les mains de nos enfants, il faut aussi en assumer la construction des pratiques et non pas se contenter de les observer en les critiquant.[…] accompagnement. Effectivement c’est un mot fourre-tout, mais surtout un mot-valise qui facilite la stimulation de l’imaginaire. Si l’étymologie du mot (manger le pain avec) est respectée, alors il y a là une approche riche et variée qui ouvre des possibilités dont la principale est celle de la posture d’humilité qu’elle impose dans la relation. Or c’est souvent là que le bât blesse  dans un monde scolaire fondé justement, de part et d’autre sur une autre posture relationnelle.

Il se trouve que le numérique en impose aux adultes autant qu’aux jeunes mais de manière un peu différente. Et justement il propose (voire impose matériellement) des évolutions dans la gestion de la relation.  […] (Source: Bruno Devauchelle)